Économie

Infographie : comment les activités illicites étranglent l’Afrique de l’Ouest

Saisie de médicaments par l'Agence nationale pour l'administration et le contrôle des aliments et des médicaments à Lagos, au Nigeria, en août 2005. © AP Photo/George Osodi

Trafics de drogues et d'armes, piraterie, détournements d'or et de pétrole : les flux financiers de ces activités illicites ou criminelles causent des préjudices graves en Afrique de l'Ouest, comme le montre un rapport de l'OCDE publié le 20 février.

On ne sait pas trop combien les activités illicites et criminelles coûtent à l’Afrique. À l’Union africaine, on parle de 50 milliards de dollars, soit 40 milliards d’euros, par an. D’autres experts avancent le chiffre de 100 milliards. Le mérite du rapport Flux financiers illicites – L’économie du commerce illicite en Afrique de l’Ouest, publié le 20 mars par l’OCDE est de ne pas se contenter de chiffres forcément sujet à caution puisque ces activités sont dissimulées.

Certes, ce rapport que le numéro de Jeune Afrique à paraître le 25 février analysera plus en détail, fait le tour des treize économies illicites qui génèrent des flux financiers : les médicaments frelatés, les détournements de pétrole et d’or, le trafic des migrants, d’armes ou de cigarettes, les circuits de la cocaïne et de la contrefaçon, les enlèvements pour rançon et la piraterie causent de graves dommages personnels, sociétaux, économiques et environnementaux. La corruption et le terrorisme se nourrissent de cet argent « noir ».

Le rapport a plus cherché à comprendre qu’à mesurer ce phénomène pathologique complexe qui fait aussi partie des stratégies de survie des populations très pauvres. Le graphique ci-dessus le prouve. Il montre que tous les trafics ne profitent pas à la région.

Par exemple, l’argent de l’extraction sauvage d’or (Ghana, Burkina Faso, Mali), des détournements de pétrole (Nigeria) reste en majeure partie dans des mains africaines, même si les États y perdent de précieuses recettes. En revanche, le trafic d’héroïne en provenance de Colombie et à destination de l’Europe tout comme la pêche illicite ne profitent en rien à l’Afrique de l’Ouest.

La conclusion du rapport est que les pays africains et les pays de l’OCDE doivent collaborer d’urgence en renforçant les institutions et les lois luttant contre ces trafics, mais aussi en combattant l’extrême pauvreté qui est le terreau de cette criminalité.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte