Politique

Gabon : fin de la grève des magistrats après le remaniement gouvernemental

Des gardes postés devant les bâtiments du gouvernement à Libreville, le 6 septembre 2016. © STR/AP/SIPA

Accusé de corruption par le ministre de la Justice, les magistrats gabonais avaient lancé jeudi 14 décembre un appel à une grève illimitée dans les tribunaux du pays pour réclamer le départ de Francis Nkea Ndzigue. C'est désormais chose faite, suite au remaniement ministériel de mardi.

Francis Nkea Ndzigue paye-t-il son bras de fer avec les magistrats gabonais ? « C’est une façon de voir les choses, même si les syndicats ne peuvent ordonner à qui que ce soit la départ d’un ministre. Mais ce changement aidera probablement à apaiser la situation avec les magistrats », admet Alain Claude Bilie By Nze, porte parole du gouvernement.

Le ministre de la Justice fait partie des quelques changements enregistrés lors du léger remaniement gouvernemental annoncé mardi par le Premier ministre gabonais Emmanuel Issoze-Ngondet. Il quitte son poste pour prendre le ministère de l’Habitat de l’Urbanisme et du Cadre de vie, après deux mois de conflit avec les magistrats du pays.

« Immixtions intempestives »

La polémique a commencé le 7 décembre dernier. En réaction à la convocation par le ministre de la Justice d’un juge d’instruction qui venait de décider de la remise en liberté provisoire d’un inculpé dans une affaire sous sa responsabilité, le Syndicat national des magistrats du Gabon (Synamag) avait critiqué « les immixtions intempestives du pouvoir exécutif dans le pouvoir judiciaire ».

Le ministre de la Justice avait, en réponse à ces accusations, demandé des sanctions disciplinaires ainsi que la suspension du magistrat concerné. Francis Nkéa Ndizigue avait également dénoncé « la corruption des magistrats, un fléau social auquel les Gabonais sont quotidiennement confrontés », assurant qu’il n’était « pas rare de voir les Gabonais payer de fortes sommes à un juge pour obtenir des décisions de justice en leur faveur ».

Une semaine plus tard, le syndicat des magistrats du Gabon (Synamag) avait annoncé le début de la grève illimitée dans les tribunaux pour réclamer le départ de Francis Nkéa Ndizigue. « Nous espérions des excuses publiques mais nous sommes satisfaits de ce changement au ministère », explique Germain Nguema Ella, président du Synamag.

« C’était devenu impossible pour nous de travailler avec une personne qui remet en cause notre intégrité. Nous allons très rapidement nous réunir pour annoncer la fin du mouvement de grève » a-t-il ajouté, précisant qu’une réunion serait prochainement organisé avec le successeur de Francis Nkea Ndzigue, Edgard Anicet Mboumbou Miyakou, ancien ministre délégué auprès du ministre du Budget, chargé du budget et du financement des pensions.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte