Politique

Gabon : le silence de Jean Ping face à la candidature de l’Union nationale aux législatives

Zacharie Myboto, le patron de l'Union nationale (UN), et le candidat Jean Ping lors du meeting de clôture de sa campagne à Libreville, lors de la présidentielle de 2016.

Zacharie Myboto, le patron de l'Union nationale (UN), et le candidat Jean Ping lors du meeting de clôture de sa campagne à Libreville, lors de la présidentielle de 2016. © Baudouin Mouanda pour JA

Alors que la stratégie de l’opposition tarde à se dessiner, à quelques semaines des législatives prévues en avril, l’annonce de la candidature de Zacharie Myboto, de l’Union nationale, est une épine de plus dans le pied de Jean Ping. Mais l’opposant n’a pas répondu directement, préférant faire lire un communiqué.

Le 10 février, Zacharie Myboto, leader de l’Union nationale, a adressé des messages subliminaux à Jean Ping pour lui annoncer que son parti et d’autres poids lourds de la Coalition participeraient aux législatives.

Sans lui répondre directement, Ping a demandé, le 15 février, à ses lieutenants de lire un communiqué prônant le boycott.


>>> À LIRE – Législatives au Gabon : la confusion règne dans l’opposition


Coincé entre sa base radicalisée et ses alliés, qui jugent que son obstination à faire reconnaître sa victoire à la présidentielle d’août 2016 prend un tour trop personnel, l’ancien patron de la Commission de l’UA préfère se murer dans le silence.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte