Politique

Zimbabwe : des centaines de personnes accueillent la dépouille de Morgan Tsvangirai

Morgan Tsvangirai, à Harare le mardi 21 novembre, lors d'un meeting avant le débat au Parlement. © Tsvangirayi Mukwazhi/AP/SIPA

Des centaines de personnes ont accueilli samedi à l'aéroport d'Harare la dépouille du dirigeant de l'opposition du Zimbabwe, mort en Afrique du Sud et qui doit être enterré dans son pays.

Morgan Tsvangirai, le plus important des opposants au parti au pouvoir Zanu-PF, est mort mercredi à l’âge de 65 ans d’un cancer du côlon. Ses partisans et des responsables de son parti, le Mouvement pour le changement démocratique (MDC), rassemblés à l’aéroport Robert Mugabe, ont entonné des cantiques et des chants de leur parti à l’arrivée de son avion.

« Nous avons reçu le corps de notre président, notre héros, notre icône, notre patriote et grand leader », a déclaré Nelson Chamisa, l’un des trois adjoints de Tsvangirai.

Le corps a été transporté dans un camp militaire où les héros nationaux sont accueillis avant leur enterrement. Il sera enterré mardi dans son village natals de Buhera, à 250 kilomètres au sud de Harare.

« Soyons réalistes. Je ne vais pas pouvoir le faire. »

Ses partisans ont déjà participé à deux services à Harare et à Bulawayo, deuxième ville du pays, à la mémoire de celui que l’ancien président Robert Mugabe avait qualifié de « larbin de l’Occident ». À Bulawayo, Welshman Ncube, son ancien adjoint, a loué l’action de Tsvangirai qui avait gracié les membres du gouvernement qui l’avaient persécuté et lui avaient fait subir de graves violences.

« Il n’avait aucune amertume sur le fait qu’ils l’avaient dénigré, arrêté, battu et accusé de trahison, » a ajouté ce proche de l’opposant.

Welshman Ncube a raconté que Tsvangirai l’avait convoqué à son domicile en janvier et avait laissé entendre qu’il n’allait pas vivre assez longtemps pour assister aux élections qui devraient avoir lieu en juillet. « La rencontre était remplie d’émotions. Il a dit : « Soyons réalistes. Je ne vais pas pouvoir le faire. Je ne serai pas avec vous pendant cette campagne électorale » ».

Ces élections seront les premières sans Robert Mugabe en près de quatre décennies. L’armée est intervenue en novembre pour empêcher l’épouse de Robert Mugabe de lui succéder. Robert Mugabe a renoncé au pouvoir après 37 ans de régime autoritaire.

En 2008, Morgan Tsvangirai avait réussi à s’inviter aux portes du pouvoir en arrivant en tête du premier tour de la présidentielle. Devant le déchaînement de violences ordonné par le pouvoir contre ses partisans, qui avaient fait quelque 200 morts, il avait préféré renoncer à se présenter au second tour, permettant à Robert Mugabe d’être réélu.

Ancien syndicaliste, Tsvangirai a dirigé le MDC depuis sa création en 1999, représentant le plus grave défi pour la Zanu-PF.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte