Politique

RDC : les élections locales auront lieu en 2015

| Par Jeune Afrique
Joseph Kabila, président de la RDC.

Joseph Kabila, président de la RDC. © AFP

Initialement prévues pour la fin de l’année 2014, les élections locales en République démocratique du Congo (RDC) auront finalement lieu en 2015.

Dans un communiqué publié sur son site internet, la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) a annoncé mardi 27 mai que les élections à l’échelle municipale, communale et locale auraient lieu en trois temps : les 14 juin, 29 août et 15 octobre 2015.

La Ceni avait indiqué en janvier que ces consultations se tiendraient d’ici à la fin de l’année 2014, sans toutefois fixer de date précise. Elle n’a pas fourni d’explication à ce changement de calendrier. 

>> Lire aussi : Kerry pour des élections "crédibles", sans Kabila

Les dernières élections qui ont eu lieu dans le pays sont la présidentielle et les législatives de novembre 2011. Les différents scrutins qui devaient se succéder ont tous été reportés. Plusieurs chefs de l’opposition soupçonnent la Ceni, dirigée par l’abbé Apollinaire Malu-Malu, ancien conseiller du président Joseph Kabila, de vouloir jouer la montre pour retarder l’échéance de la présidentielle devant avoir lieu en 2016.

La Commission s’en défend. "La Ceni ne sera jamais dans le club des gens qui veulent aller au-delà de 2016", déclare l’abbé Malu-Malu dans le communiqué.

>> Lire aussi : Campagne anti-Malumalu, le vrai du faux

Pour la Ceni, rien ne s’oppose désormais à la tenue des élections locales, notamment parce que la loi de finances pour 2014 promulguée début février règle la question du financement des élections urbaines, municipales et locales, dont le budget sera également pris en charge lors de l’exercice 2015.

Calendrier électoral

Le calendrier électoral rendu public ne règle cependant pas la question de l’élection des sénateurs nationaux, des députés et des gouverneurs provinciaux, censée avoir lieu avant la présidentielle de novembre 2016.

En janvier, la Ceni avait indiqué vouloir tenir ces scrutins en 2015 mais avait provoqué des remous en proposant que l’élection des députés provinciaux puisse se faire au suffrage universel indirect. Cette idée – qui nécessite de modifier la Constitution, laquelle stipule actuellement que ces parlementaires sont élus au suffrage direct – avait été reprise par la coalition au pouvoir.

Jean Pierre Kalamba, rapporteur de la Ceni, a indiqué que la Commission ne pourrait pas fixer le calendrier de ces élections tant que le budget nécessaire à leur tenue n’aura pas été approuvé par le Parlement.

>> Pour aller plus loin : France – RDC, ce qu’est venu chercher Joseph Kabila à Paris

(Avec AFP)

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3100_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer