Économie

Comment continuer à voir Jeune Afrique sur Facebook ?

En privilégiant les contenus des amis de l’internaute, le nouvel algorithme de Facebook limite fortement l’audience des sites d’actualité comme Jeune Afrique. Voici comment, en quelques clics, le contourner et retrouver nos informations dans votre fil d’actualité.

Mis à jour le 16 février 2018 à 15:10

Les réseaux sociaux comme Facebook et Twitter font désormais partie du quotidien des Africais (illustration) © Reuters

Amorcée depuis avril 2015 et accentuée en juillet 2016, la nouvelle politique de Facebook a été officialisée le 12 janvier par Mark Zuckerberg, le PDG du réseau social. « La vidéo et les autres types de contenus publics ont explosé ces dernières années. Comme ils sont plus nombreux que les publications de vos amis et de votre famille, le fil d’actualité s’est détourné de ce que Facebook fait de plus important : aider à nous connecter les uns les autres ».

Avec ce nouvel algorithme, Facebook dit désormais favoriser « des relations sociales riches de sens » chez ses deux milliards d’utilisateurs, plutôt que de les « aider à trouver le contenu le plus intéressant ». Des changements majeurs sont donc en cours et les premiers effets sont visibles dans le fil d’actualité.

Concrètement, cela signifie que les publications des amis, de la famille et des groupes auxquels l’utilisateur fait partie sont plus visibles que celles de médias, de marques ou d’ONG.

Les informations diffusées par ces différents types de médias apparaîtront donc moins dans les fils d’actualité, à moins qu’ils ne paient pour cela ou qu’ils ne soient partagés par les utilisateurs et largement commentés et likés.

Les contenus seront désormais classés selon la « qualité » des informations, a indiqué le réseau social, sans toutefois préciser la nature de cette « qualité ».

Les raisons

Ces changements ont été pris suite aux critiques faites contre Facebook après l’élection présidentielle américaine de 2016. Des internautes lui avaient notamment reproché d’avoir favorisé la propagation de « fake news » et d’avoir prêté le flanc à une ingérence russe pendant la campagne électorale.

Trump Russia Probe Social Media © Some of the Facebook and Instagram ads linked to a Russian effort to disrupt the American political process and stir up tensions around divisive social issues, released by members of the U.S. House Intelligence committee, are photographed in Washington, on Wednesday, Nov. 1, 2017. The ads, dozens of which were disclosed for the first time, were released as representatives of leading social media companies faced criticism on Capitol Hill about why they hadn’t done more to combat Russian interference on their sites and prevent foreign agents from meddling in last year’s election. (AP Photo/Jon Elswick)/WX201/17305808465532/1711020604

Trump Russia Probe Social Media © Some of the Facebook and Instagram ads linked to a Russian effort to disrupt the American political process and stir up tensions around divisive social issues, released by members of the U.S. House Intelligence committee, are photographed in Washington, on Wednesday, Nov. 1, 2017. The ads, dozens of which were disclosed for the first time, were released as representatives of leading social media companies faced criticism on Capitol Hill about why they hadn’t done more to combat Russian interference on their sites and prevent foreign agents from meddling in last year’s election. (AP Photo/Jon Elswick)/WX201/17305808465532/1711020604

Mais l’enjeu pourrait surtout être financier pour Facebook, dont 95 % des revenus proviennent de la publicité. S’ils deviennent moins visibles, les médias et les marques devront alors recourir davantage à la sponsorisation pour combler ce manque à gagner.

De plus, même si les utilisateurs passent moins de temps qu’avant sur le réseau social, reconnaît Mark Zuckerberg, ceux-ci interagiront davantage avec leurs proches, prédit le PDG. Ce qui permettra de récolter des données plus précises sur leurs centres d’intérêts, permettant ainsi de cibler davantage les publicités présentes sur le réseau.

Comment continuer à voir les publications de Jeune Afrique ?

Vous pouvez retrouver les enquêtes, exclusivités, reportages et vidéos de Jeune Afrique directement sur notre site internet. Nous sommes aussi présents sur Twitter, Dailymotion et Facebook.

Si nos informations vous intéressent et que vous souhaitez continuer à nous voir dans votre fil d’actualité, la démarche est simple. Il vous suffit de vous rendre sur notre page Facebook. Après avoir cliqué sur « J’aime », si ce n’est déjà fait, cliquez sur le bouton « Déjà abonné » pour paramétrer vos préférences et indiquer à Facebook que vous souhaitez « Voir en premier » les publications de Jeune Afrique.

Si vous êtes sur mobile, même démarche. Rendez-vous sur la page Facebook de Jeune Afrique, cliquez sur « Abonné(e) ».

 

Puis choisissez « Voir en premier » dans le menu.

Vos clics, likes et commentaires ont également un grand impact car vous signifiez ainsi à Facebook et à vos amis que les informations de Jeune Afrique vous intéressent et sont fiables. Si vous voulez soutenir votre travail, n’hésitez donc pas à le partager à vos proches !