Diplomatie

La Maison-Blanche impatiente de travailler avec Sissi en Égypte

| Par Jeune Afrique
Le nouveau président Abdel Fatah al-Sissi.

Le nouveau président Abdel Fatah al-Sissi. © AFP

Mercredi, les États-Unis ont fait part de leur impatience à travailler avec le nouveau gouvernement du président égyptien Abdel Fattah al-Sissi.

Le président Barack Obama s’entretiendra dans les prochains jours avec Abdel Fattah al-Sissi, l’ancien chef de l’armée devenu président d’Égypte, a annoncé la Maison Blanche dans un communiqué.

Washington a fait part de son impatience de travailler avec le nouvel homme fort de l’Égypte pour faire avancer le partenariat stratégique et les nombreux intérêts communs aux deux pays.

Abdel Fattah al-Sissi, qui dirige de facto l’Égypte depuis qu’il a destitué l’islamiste Mohamed Morsi il y a 11 mois, a officiellement été proclamé Président mardi avec 96,9% des suffrages.

Les États-Unis n’ont pas qualifié ce changement de gouvernement comme un coup d’État. S’ils l’avaient fait, ils auraient été obligés, selon la loi américaine, de mettre fin à l’aide annuelle d’un milliard de dollars qu’ils apportent à l’Égypte.

Dans son communiqué, la Maison Blanche précise que, selon les observateurs, l’élection présidentielle s’est déroulée conformément à la loi égyptienne. Elle a toutefois exprimé des réserves concernant ce qu’elle qualifie d’un environnement politique limité et a encouragé le nouveau gouvernement de Sissi à accélérer les réformes concernant les droits de l’homme.

"Inquiétudes"

"Nous avons fermement exprimé nos inquiétudes concernant les limites de la liberté de manifestation pacifique, d’association et d’expression et appelé le gouvernement à garantir ces libertés et ces droits à tous les Égyptiens", a-t-elle ajouté avant de souligner "qu’une vraie démocratie est fondée sur l’État de droit, les libertés civiques, et un débat politique ouvert ".

Le communiqué précise également que la Maison Blanche "invite le Président élu et le gouvernement à adopter les réformes nécessaires pour gouverner dans la responsabilité et la transparence, garantir la justice à chaque individu, et démontrer sa détermination dans la protection des droits universels de tous les Égyptiens".

Enfin, Washington incite l’Égypte à améliorer le déroulement des élections à l’avenir, notamment en vue des prochaines législatives

 >> Lire aussi : Nasser contre… Nasser

(Avec l’AFP)

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3100_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte