Politique

Tunisie : le domicile du ministre de l’Intérieur attaqué, 4 policiers tués

| Par AFP
Le ministre tunisien de l'Intérieur, Lotfi Ben Jeddou, à Tunis le 4 février.

Le ministre tunisien de l'Intérieur, Lotfi Ben Jeddou, à Tunis le 4 février. © AFP

Des hommes encagoulés et circulants à bord d’un pick-up ont attaqué le domicile du ministre tunisien de l’Intérieur, Lotfi Ben Jeddou, à Kasserine (Centre-Ouest) dans la nuit de mardi à mercredi. Quatre policiers ont été tués et un blessé.

Le domicile du ministre tunisien de l’Intérieur, Lotfi Ben Jeddou, à Kasserine (Centre-Ouest) a été visé par une attaque "terroriste" dans la nuit du mardi 27 au mercredi 28 mai. "Une attaque de terroristes à la Kalachnikov (…) au cours de laquelle quatre policiers ont été tués et un blessé", a déclaré le porte-parole Mohamed Ali Aroui.

On ignorait encore qui se trouvait à l’intérieur de la maison pendant l’attaque, le ministre de l’Intérieur résidant habituellement à Tunis tandis que son épouse et ses enfants habitent Kasserine.

Les assaillants étaient encagoulés et circulaient à bord d’un pick-up, a indiqué un habitant de Kasserine qui les a vus après l’attaque. Un correspondant de l’AFP à Kasserine qui s’est rendu sur les lieux a vu des traces de sang sur les murs extérieurs de la maison ainsi que sur le sol à quelques mètres du bâtiment.

>> Lire aussi : Marzouki promet l’amnistie aux islamistes "qui n’ont pas les mains salies par le sang"

Kasserine est située au pied du Mont Chaambi, un massif à la frontière algérienne où l’armée pourchasse depuis décembre 2012 un groupe accusé de liens avec Al-Qaïda.

Des soldats et gendarmes tunisiens y sont régulièrement blessés ou tués, généralement par des mines disposées par des jihadistes, selon les autorités. Deux militaires ont encore été tués la semaine dernière dans l’explosion d’une mine.

Paradoxalement, cette attaque intervient alors que la Tunisie vit depuis peu une relative accalmie après une année 2013 noire.

"La menace n’est plus celle qu’elle était il y a quelques mois", a ainsi déclaré le mois dernier le Premier ministre Mehdi Jomaa. "Avant, on était dans une lutte où l’on subissait. On avait des groupes qui infiltraient certaines zones urbaines (…), maintenant on est en train de progresser, d’aller les chercher dans leurs fiefs" en montagne, avait-il ajouté.

En mars, il avait toutefois appelé les Tunisiens à "rester prudents". "Le terrorisme est traître, le terrorisme ne pardonne pas. Il faut que nous soyons préparés à d’autres coups", avait-il dit dans une interview télévisée.

>> Pour aller plus loin : Algérie – Tunisie, quand le business finance le terrorisme

(Avec AFP)

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte