Dossier

Cet article est issu du dossier «TIC : des régulateurs télécoms sous influence»

Voir tout le sommaire
Économie

Objets connectés : le futur à portée de main !

Selon un cabinet, 26 milliards d'objets devraient être connectés à internet d'ici à 2020. DR ©

Google Glass, voiture sans chauffeur, réfrigérateur qui fait la liste des courses... Les objets connectés arrivent dans le quotidien et offrent de nouveaux débouchés aux opérateurs téléphoniques et aux géants de l'électronique.

Les objets connectés sont au coeur des préoccupations de tous les grands de l’électronique et des télécoms. Et pour cause. Le cabinet d’analyse Gartner estime que d’ici à 2020, 26 milliards d’objets devraient être connectés à internet et près de 40 % des données mondiales seront générées par des communications entre machines. Un marché potentiel de plus de 10 000 milliards de dollars (8 000 milliards d’euros). Mais de quoi s’agit-il ? En clair, les objets de tous les jours peuvent désormais communiquer entre eux grâce à des capteurs intégrés, s’échanger des informations et agir d’eux-mêmes.

Lire aussi :

Ces pionniers qui chamboulent le business en Afrique

Ces magnats africains qui dament le pion aux multinationales

AfricaCom : les innovations télécoms qui ont marqué l’année 2014

Marc Rennard, Orange : « Une nouvelle révolution est en marche en Afrique »

Et si chacun a entendu parler des Google Glass développées par le géant du web, à terme, tous les objets seront concernés, de la brosse à dents aux machines industrielles les plus élaborées. Si l’intérêt d’un tel bouleversement peut paraître flou de prime abord, il est bien réel.

Par exemple, l’agenda de votre smartphone commandera votre réveil pour vous permettre d’être à l’heure à votre premier rendez-vous de la journée. Et ce même réveil pourra ouvrir les volets, allumer la télévision et la machine à café pour que tout soit prêt à la sortie de la douche.

Au-delà de la dimension strictement gadget et confort, les applications domotiques qui gèrent une maison à distance permettent de substantielles économies d’énergie. Les industriels aussi en profitent : gestion des stocks, analyse automatique de panne, meilleure adaptabilité…

En attendant, Jeune Afrique a sélectionné cinq objets connectés qui font d’ores et déjà partie du quotidien de millions de consommateurs.

 


 

Les bracelets

C’est la déferlante du moment. En marchant, en courant, en roulant, en dormant… Les bracelets connectés, sont censés vous accompagner partout. Certains ressemblent à de classiques gourmettes quand d’autres sont à clipser à la ceinture.

JA2809p092 3L’objectif est simple : suivre et analyser votre activité quotidienne. En effet, ce petit objet calcule le nombre de pas effectués, le nombre de calories dépensées, les distances parcourues, la fréquence cardiaque, le taux d’oxygène dans le sang ou la qualité du sommeil. Principal argument de vente avancé par les constructeurs : mieux se connaître et améliorer sa forme et sa santé.

Une vingtaine de modèles sont déjà disponibles, avec des prix (entre 100 euros et 150 euros) et des fonctions à peu près similaires. Le groupe américain Fitbit domine le secteur avec plus de 58 % de part de marché, suivi par Jawbone et Nike. Plus original, la marque Sleep Number a développé un lit connecté. Mais pour acquérir ce gadget ultime, il faudra débourser pas moins de 8 000 dollars.

Les montres

Les géants de l’informatique sont ponctuels. Microsoft devrait sortit sa montre connectée dans les prochaines semaines selon Forbes. Sa Smartwatch viendra alors concurrencer l’Apple Watch, mais aussi celles de Sony, Samsung, LG et Qualcomm.

Ces montres intelligentes proposent des prix autour de 250 euros et des fonctions comparables aux bracelets connectés, mais elles permettent, en plus, de téléphoner, de prendre des photos ou des vidéos et de télécharger des applications telles que Facebook, Whatsapp ou Twitter. Car ces montres sont de véritables smartphones de poignet qui évitent de sortir son téléphone du sac ou de la poche. Ce marché est encore balbutiant mais, dans une étude dévoilée en début d’année, le cabinet américain Canalys prédit la vente de 23 millions de montres intelligentes en 2015 et de 45 millions en 2017.

JA2809p092 1

La voiture

Du GPS aux alertes radars, en passant par les informations sur les places de parking disponibles et le diagnostic de panne du véhicule, l’intérêt de connecter sa voiture à internet est grandissant. D’ailleurs, selon une étude de l’Idate, un think tank spécialisé dans l’économie numérique, 420 millions de véhicules seront connectés d’ici à 2018, soit une progression de 57 % par rapport à 2013.

Les modèles privilégiés resteront les solutions directement embarquées dans le véhicule, mais votre voiture peut également communiquer avec votre smartphone. Ainsi, le système Mirror Link, présenté en octobre lors du Mondial de l’automobile de Paris, permet de connecter le téléphone au système d’info de la voiture.

En clair, ce qui se passe sur le téléphone est reproduit sur l’écran tactile du véhicule, via le Bluetooth ou un câble USB. Des évolutions qui préparent une vraie révolution. Celle de la voiture qui se conduit toute seule. Google a lancé les premiers essais ces derniers mois aux États-Unis.

Les lunettes

Google avait frappé un grand coup en lançant ses Google Glass en début d’année.

Futuristes, ces lunettes permettent, sans les mains, de prendre des photos, d’enregistrer des vidéos, de lire, d’envoyer des messages et de se connecter à Google Maps, ou même de traduire des phrases en instantané dans une langue étrangère.

L’impression 3D

Difficile de prédire l’impact des imprimantes 3D. Mais le champ d’application de cette technologie semble infini. Elle permet de fabriquer des objets par l’application de couches de plastique successives et pourrait révolutionner l’industrie en réduisant le coût de fabrication de petites séries.

Imprimante-3D-cSubhashish Panigrahi WikimediaCommonsEn Chine, une imprimante géante a permis de fabriquer en vingt-quatre heures tous les éléments nécessaires à la construction de dix maisons, qui, une fois montées, ne coûtaient pas plus de 5 000 dollars chacune.

Dès 2015, le cabinet Gartner prévoit une augmentation des ventes d’imprimantes 3D de 98 % au niveau mondial. L’Afrique, dont les marchés nationaux sont parfois trop étroits pour intéresser les industriels, n’a pas manqué le train du changement.

Début octobre, Netram Technologies a dévoilé la Nano. Vendue 1 100 dollars, cette imprimante 3D a été entièrement développée, conçue et assemblée en Afrique du Sud. Plus accessible encore, l’imprimante W.Afate, imaginée par le Togolais Afate Gnikou, a été développée à partir de déchets électroniques et du logiciel libre Arduino. On peut désormais se la procurer pour 100 dollars.

Petit bémol, le prix : les lunettes du géant américain sont proposées à plus de 1 500 euros. Mais depuis, de nombreux concurrents se sont lancés sur le marché, avec plus d’une trentaine de modèles disponibles. Les prix sont généralement plus abordables, mais les fonctions s’apparentent plus à celles du bracelet ou de la montre connectée. D’ailleurs même les opticiens s’y mettent : géolocalisation, alarmes pour les retrouver, led colorée pour changer de style…

Reste que selon le cabinet Juniper Research, le marché des lunettes connectées ne devrait atteindre que 10 millions d’exemplaires par an d’ici à 2018 (contre 87 000 en 2013).

Les appareils ménagers

Les objets pourraient-ils devenir connectés jusque dans la cuisine ? En tout cas, les fabricants répondent présents et, à terme, tout l’électroménager pourra être contrôlé via votre smartphone. Une tache coriace sur votre tee-shirt préféré ? Un simple texto envoyé à votre lave-linge et ce dernier réglera le programme adéquat et lancera la machine.

Le réfrigérateur peut aussi se transformer en magasin de stockage intelligent.

Par exemple, le Smart ThinQ de LG est capable de gérer la date de péremption des aliments grâce au lecteur de code-barres, tandis que le LCD Refrigerator de Samsung propose des recettes à l’utilisateur grâce à sa connexion Wi-Fi.

Plus fort encore, le four connecté de LG (Smart Oven) communique avec le frigo, qui lui transmet les recettes par wi-fi en fonction des aliments disponibles, avec le temps et le mode de cuisson. Ces appareils ménagers peuvent même être déclenchés à distance depuis un smartphone.

 

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte