Société
Crimes rituels : sur l’autel de la puissance

Cet article est issu du dossier

Crimes rituels : sur l’autel de la puissance

Voir tout le sommaire
Société

Crimes rituels : sur l’autel de la puissance

Enfants kidnappés, albinos massacrés, cadavres mutilés… Pour s’attirer fortune et pouvoir, certains monnaient cher cérémonies macabres ou trafics d’organes. Enquête sur un scandale qui, étrangement, refait surface avant chaque élection.

Par
Mis à jour le 10 juin 2014 à 20:03

Les enfants soupçonnés de sorcellerie par leurs familles se font exorciser et sont souvent chassés de chez eux.
Ils seraient entre 30 000 et 50 000 à vivre dans les rues de Kinshasa. © Gwen Dubourthoumieu