Dossier

Cet article est issu du dossier «Crimes rituels : sur l'autel de la puissance»

Voir tout le sommaire
Politique

Crimes rituels : sur l’autel de la puissance

| Par Jeune Afrique

Enfants kidnappés, albinos massacrés, cadavres mutilés… Pour s’attirer fortune et pouvoir, certains monnaient cher cérémonies macabres ou trafics d’organes. Enquête sur un scandale qui, étrangement, refait surface avant chaque élection.

Les enfants soupçonnés de sorcellerie par leurs familles se font exorciser et sont souvent chassés de chez eux.
Ils seraient entre 30 000 et 50 000 à vivre dans les rues de Kinshasa. © Gwen Dubourthoumieu

 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3095_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte