Politique

RDC : Soco va mettre un terme à l’exploration pétrolière dans le parc des Virunga

Le parc national des Virunga, dans l'est de la RDC.

Le parc national des Virunga, dans l'est de la RDC. © AFP

Soco va bientôt mettre fin à l'exploration pétrolière dans le parc des Virunga, à l'est de la République démocratique du Congo.

La société britannique Soco s’est engagée par un accord avec le Fonds mondial pour la nature (WWF) à cesser toute opération pétrolière au sein du parc protégé des Virunga. Selon cet accord, elle s’engage à stopper ses "programmes opérationnels" au parc des Virunga et à ne pas y forer "sauf si l’Unesco et le gouvernement de la RDC sont d’accord". La société s’engage également à ne pas mener d’opérations dans tous les autres sites classés au patrimoine mondial de l’Unesco.

En échange, le WWF s’engage à retirer la plainte qu’il avait déposée en octobre 2013 contre Soco auprès de l’agence britannique de l’Organisation de coopération et de développement Economique (OCDE) concernant des violations présumées des droits de l’homme et des protections environnementales. "Aujourd’hui est une victoire pour notre planète et pour les bonnes pratiques des entreprises. Ce succès est le résultat du travail des fonctionnaires du gouvernement, des militants en RDC et de tous les autres sympathisants", a déclaré le directeur général du WWF, Marco Lambertini.

140 gardes tués en 20 ans

Abritant une biodiversité exceptionnelle sur près de 800 000 hectares, le parc des Virunga est une des plus vieilles réserves naturelles d’Afrique. Il était l’objet depuis plusieurs mois d’une rude bataille entre Soco et plusieurs associations de riverains, de la société civile ou de défense de l’environnement. Les protestataires s’opposaient au dessein de Soco et des autorités congolaises de développer des projets d’exploration pétrolière dans l’enceinte du parc, ce qui est interdit par la convention internationale pour la protection du patrimoine mondial, à laquelle adhère la RDC.

En près de vingt ans, plus de 140 gardes du parc ont été tués dans l’exercice de leurs fonctions, selon la direction du parc. Des menaces de morts ont été proférées contre deux membres du personnel du WWF. Le 15 avril, le directeur du parc Emmanuel de Mérode avait été grièvement blessé.

(Avec l’AFP)

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte