Politique

Égypte : de Morsi à Sissi, deux ans de post-révolution aux allures de chaos

| Par
Abdel Fattah al-Sissi et Mohamed Morsi, le 24 avril 2013.

Abdel Fattah al-Sissi et Mohamed Morsi, le 24 avril 2013. © AFP

Le 24 juin 2012, les Égyptiens auraient sans doute eu du mal à croire à ce qui leur arriverait deux années plus tard. Alors qu’ils venaient d’élire le premier civil président de la République, l’islamiste Mohamed Morsi, peu auraient parié sur le retour au pouvoir d’un militaire, deux ans plus tard. Pourtant, en ce mois de juin 2014, c’est bien Abdel Fattah al-Sissi qui vient d’accéder à la magistrature suprême. Retour sur deux années de révolte.

Deux ans après avoir porté au pouvoir le premier civil démocratiquement élu de l’histoire de l’Égypte, l’islamiste Mohamed Morsi, l’Égypte est une fois de plus dirigée par un militaire. À sa tête : l’ex-maréchal Abdel Fattah al-Sissi, désormais à la présidence, que d’aucuns n’hésitent d’ores et déjà pas à comparer à Hosni Moubarak, l’ancien raïs. Pourtant, depuis le 24 juin 2012, date de l’élection de Mohamed Morsi, les rebondissements n’ont pas manqué. Jeune Afrique vous propose, en quelques dates-clés, sur deux ans de post-révolution, qui ont parfois pris des allures de guerre civile.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3096_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte