Défense

Tunis estime à 2 400 le nombre de combattants tunisiens présents en Syrie

Vidéo téléchargée sur YouTube le 23 août 2013 et montrant le drapeau des jihadistes.

Vidéo téléchargée sur YouTube le 23 août 2013 et montrant le drapeau des jihadistes. © AFP

Selon Lotfi Ben Jeddou, ministre tunisien de l’Intérieur, environ 2 400 Tunisiens combattent en Syrie. La majorité évolueraient au sein de l’État islamique en Irak et au Levant (EIIL).

Lotfi Ben Jeddou, le ministre tunisien de l’Intérieur, a évoqué le conflit syrien devant quelques journalistes lundi 23 juin à Tunis. "Ce que nous avons rassemblé (comme informations), c’est que nous avons 2 400 Tunisiens qui sont allés en Syrie pour combattre avec le Front Al Nosra, et leur majorité – 80% – avec Daech", l’acronyme arabe de l’État islamique en Irak et au Levant (EIIL), a-t-il déclaré sans préciser ses sources.

En février, Lotfi Ben Jeddou avait indiqué que les autorités tunisiennes avaient empêché 8 000 personnes de se rendre en Syrie, tandis que  400 Tunisiens étaient revenus au pays après un passage là-bas. L’EIIL, un puissant groupe ultra-radical, contrôle certaines zones-clés en Syrie et a lancé le 9 juin une vaste offensive en Irak qui lui a permis de mettre la main sur de larges pans de territoire.

>> Lire aussi Terrorisme : un Tunisien soupçonné de recruter des jihadistes pour la Syrie arrêté en France

Des suspects arrêtés "tous les jours"

Le minitre de l’Intérieur a ajouté dans la soirée, devant l’Assemblée nationale constituante (ANC), que des suspects étaient arrêtés "tous les jours" en Tunisie dans le cadre d’affaires de terrorisme, faisant par ailleurs état de l’amélioration des indicateurs en matière de sécurité.

De son côté, le ministre de la Défense Ghazi Jeribi a exhorté les Tunisiens à "l’union sacrée" contre le terrorisme. "Le but (des "terroristes", ndlr), c’est de faire échouer le processus démocratique en Tunisie pour qu’il n’y ait pas de modèle à prendre en exemple dans la région, et aussi, sur le court terme, d’entraver les prochaines élections (…). Notre chance, en Tunisie, c’est la cohésion du peuple tunisien", a-t-il dit devant les élus. Selon lui, la Tunisie a récemment signé un accord avec l’Algérie pour la sécurisation des frontières et a également renforcé ses frontières avec la Libye.

>> Lire aussi Réfugiés syriens : quand le Maghreb devient "syrophobe"

(Avec AFP)

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte