Politique

Blaise Compaoré en visite au Mali pour relancer la médiation burkinabè

IBK (g) et Blaise Compaoré (d), le 31 août 2013 à Ouagadougou. © AFP

Blaise Compaoré est arrivé mardi à Bamako pour une visite officielle de deux jours au Mali. Il tentera d'y relancer la médiation burkinabè et ouest-africaine dans la crise malienne.

Un temps en délicatesse avec son homologue malien Ibrahim Boubacar Keïta, le président burkinabé Blaise Compaoré, également médiateur de la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) dans la crise au Mali, est arrivé lundi 30 juin à Bamako pour une visite officielle de deux jours visant à réchauffer les relations entre les deux pays.

"Il n’y a pas de possibilité pour le pessimisme parce que je crois que les Maliens aujourd’hui veulent la paix, veulent se réconcilier, veulent par le dialogue politique une solution aux crises, a déclaré Blaise Compaoré à son arrivée. Les Maliens veulent vivre dans un espace unitaire, veulent vivre sans extrémisme, veulent vivre réconciliés dans un État laïc, donc républicain, veulent arrêter la guerre et organiser le cantonnement, le désarmement (des groupes armés) et faire ramener les déplacés."

Rencontre avec IBK et Koenders

Lors de son séjour, Blaise Compaoré doit rencontrer les plus hautes autorités de l’État, dont le président Ibrahim Boubacar Keïta, les chefs de l’opposition, ainsi que Bert Koenders, le chef de la Mission de l’ONU au Mali, la Minusma. Mardi, il se rendra dans la région de Ségou, au nord-est de Bamako, où il rencontrera notamment des ressortissants burkinabè qui y sont installés.

Sa visite au Mali intervient plus d’un mois après un brusque regain de tension entre des groupes armés du Nord dans la région de Kidal, bastion des rebelles touaregs, et l’armée malienne, qui se sont affrontés pendant plusieurs jours lors de combats meurtriers.

Ouverture de négociations mi-juillet à Alger

Le chef de l’État burkinabè, un des nombreux médiateurs au Mali, ne semble plus jouer un rôle actif dans la résolution de la crise qui touche ce pays depuis 2012. Le cessez-le feu obtenu le 23 mai dernier à Kidal entre les groupes armés et le gouvernement malien, toujours respecté à ce jour, avait par exemple été décroché par le Mauritanien Mohamed Ould Abdelaziz, président en exercice de l’Union africaine (UA).

>> Lire aussi Crise malienne : Algérie, Burkina, Maroc… Un médiateur peut en cacher deux autres

Des pourparlers informels entre les groupes armés et le gouvernement malien ont eu lieu en juin à Alger, avant l’ouverture de négociations formelles prévues à la mi-juillet dans la capitale algérienne. L’objectif est de parvenir à un accord de paix définitif, en particulier avec la rébellion touarègue du Mouvement nationale de libération de l’Azawad (MNLA).

(Avec AFP)

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte