Droits de l’homme

Maroc : à Fès, Saadeddine El Othmani défend la régionalisation

Le chef du gouvernement marocain, Saadeddine El Othmani, lors d'une conférence de presse au siège de son parti, le PJD, le 21 mars 2017. © Abdeljalil Bounhar/AP/SIPA

Après Béni-Mellal et Errachidia, le chef du gouvernement s'est rendu le week-end dernier à Fès. Une visite qui intervient sur fond de contestations sociales dans certaines villes où les populations s'estiment exclues du train de développement.

Accompagné d’une importante délégation ministérielle, le Chef de gouvernement a posé ses valises à Fès. Le temps d’un week-end, Saadeddine El Othmani est allé à la rencontre des élus locaux, des représentants des chambres professionnelles et des ONG de cette région.

« Cette visite part d’une logique selon laquelle l’ensemble des acteurs doivent unir leurs efforts pour développer la région en vue d’en faire un centre de développement économique et social, car il s’agit d’un choix stratégique, constitutionnel et nécessaire visant l’identification des besoins de la population et le rapprochement des services aux citoyens », a-t-il déclaré.

En quête d’investisseurs

Sur place, le chef de gouvernement a annoncé que le projet d’installation d’une zone industrielle aéronautique est en cours d’étude. « Il y a une réflexion à ce sujet ainsi qu’une concertation entre les ministères de l’Industrie, de l’Enseignement supérieur et le Conseil régional Fès-Méknès », a assuré le chef de gouvernement en affirmant que « toutes les parties concernées par ce projet vont œuvrer pour que ce vœu devienne réalité, mais aussi pour convaincre les investisseurs de s’implanter ».

Mais les représentants de la région sont restés sur leur faim. Mohand Laenser, président de la région Fès-Meknès a plaidé pour un soutien financier du gouvernement pour boucler le budget de 34 milliards de dirhams prévu dans le cadre du Plan de développement régional. Il n’a pu obtenir aucune garantie de la part de Saadeddine El Othmani. Les 192 projets de ce vaste plan, étalé entre 2016 et 2021, restent suspendus à cette question du financement.

Montée de la colère sociale

Le Maroc est engagé dans un projet de régionalisation avancé dont l’objectif est d’absorber les disparités régionales en aidant chaque région à devenir un pôle économique.

Et il y a urgence. Depuis l’année dernière, plusieurs villes, dont Al-Hoceima, Jérada et Zagora, ont été le théâtre de mouvement sociaux. Les manifestants réclament notamment la mise en place d’« alternatives économiques » dans ces provinces déshéritées et marginalisées, où l’emploi est en berne.

À la tête d’une délégation de 12 ministres et de hauts responsables, Saadeddine El othmani avait démarré sa tournée régionale le 21 juillet dernier en se rendant dans la région de Beni Mellal-Khénifra pour y rencontrer les élus locaux et les investisseurs. Son déplacement a eu lieu quelques jours avant que le roi du Maroc ne recadre sévèrement ses ministres sur le dossier du Rif.

Le 25 juillet, lors d’un conseil des ministres, Mohammed VI avait signifié « sa déception, son mécontentement et sa préoccupation » devant les retards accumulés dans la mise en place de l’un des principaux programmes de développement de cette région, épicentre d’une contestation populaire depuis la mort d’un poissonnier en octobre 2016.

Dans le semaines qui ont suivi, le couperet est tombé plusieurs fois, avec de nombreux limogeages dans les rangs du gouvernement, des hauts fonctionnaires et des agents du ministère de l’Intérieur.

Début août, Saadedine El Othmani s’était également rendu à Errachidia dans le sud du Maroc, deuxième escale de sa tournée régionale pour faire le suivi des projets programmés dans cette région.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte