Sécurité

Égypte : les Frères musulmans en « colère » violemment dispersés au Caire

| Par Jeune Afrique
Des étudiants partisans du président déchu Mohamed Morsi, le 19 mars 2014 au Caire.

Des étudiants partisans du président déchu Mohamed Morsi, le 19 mars 2014 au Caire. © AFP

Une année après la chute du président islamiste Mohamed Morsi, les Frères musulmans ont entamé jeudi leur « journée de la colère » en Égypte. Mais leurs défilés ont été violemment dispersés par les forces de l’ordre au Caire.

Considérés comme un « organisation terroriste » en Égypte, les Frères musulmans ne décolèrent pas. Ils ont en effet entamé, le 3 juillet, leur « journée de colère » un an jour pour jour après la destitution par l’armée du président islamiste Mohamed Morsi.

Des chefs de petits partis islamistes arrêtés

Les défilés organisés par la confrérie ont été dispersés à coup de grenades lacrymogènes par les forces de l’ordre qui avaient bouclé les principales places de la capitale égyptienne. Déjà, dès la publication de la « journée de colère » – première manifestation test pour les islamistes-, plusieurs chefs de petits partis soutenant Mohamed Morsi, ont été arrêtés.

En un an, plus de 1400 manifestants pro-Morsi sont tombés sous les balles des forces de l’ordre. Plus de 15 000 autres ont été arrêtées, dont des centaines condamnées à mort, à l’issue de procès expéditifs. Pour les défenseurs des droits humains, la répression lancée en juillet 2013 et qui se poursuit sans faiblir est la plus sanglante qu’ait connu le plus peuplé des pays arabes en plusieurs décennies.

(Avec AFP)

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3096_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte