Diplomatie

Rwanda : le centre culturel franco-rwandais de Kigali démoli à la pelleteuse

La destruction du Centre Culturel Franco-Rwanda au 2 juillet,2014.

La destruction du Centre Culturel Franco-Rwanda au 2 juillet,2014. © Cyril NDEGEYA pour J.A.

Après des années de tractations infructueuses sur l’avenir du centre culturel franco-rwandais de Kigali, le Rwanda a mis en oeuvre une décision radicale : détruire l’ensemble des bâtiments à la pelleteuse et récupérer le terrain.

Mis à jour le 7 juillet à 12h21.

Un vaste tas de gravats derrière des palissades de tôles. Depuis le passage des pelleteuses, c’est tout ce qu’il reste de l’ancien centre culturel franco-rwandais, qui fut, durant des décennies, un haut lieu culturel en plein centre de Kigali. Le dernier bâtiment de cet ensemble, la grande salle de concert, a été démolie mercredi, rayant de la carte toute une page de l’histoire de la coopération franco-rwandaise.

Cette opération spectaculaire est évidemment hautement symbolique, à l’heure où les relations entre les deux pays sont au plus bas. Mais cela fait en réalité plusieurs années que ce scénario se dessine.

En 2008, la ville de Kigali a en effet adopté un plan directeur qui détermine la hauteur à laquelle doivent se conformer les bâtiments de chaque quartier. Et le vénérable centre culturel d’un étage ne correspondait pas aux nouveaux critères. Laurent Contini, le premier ambassadeur nommé après le rétablissement des relations diplomatiques entre la France et le Rwanda, en 2009 (qui entretenait alors de bons rapports avec le gouvernement de Kigali) échafaude un projet de partenariat public-privé pour construire un nouvel immeuble.

L’idée est simple : le centre culturel occupera une partie du nouvel ensemble, le reste revenant au promoteur privé retenu. Cet arrangement devait permettre à la France de conserver la propriété de ce terrain idéalement situé au cœur de la capitale rwandaise. Restait à trouver ce partenaire privé… Le maire de Kigali, Fidèle Ndayisaba, se disait alors "très satisfait" du projet mais prévenait: s’il ne voit pas le jour, le terrain sera confisqué…

Les batiments du centre (qui ne correspondaint plus avec le master plan de Kigali)
etaint eliges au coeur de la ville de Kigali a cote du grand rond-point. © Cyril NDEGEYA.

C’est alors qu’Alain Juppé, qui entretient des relations exécrables avec Kigali, est nommé ministre des Affaires étrangères par Nicolas Sarkozy. En novembre 2011, Juppé rappelle Contini à Paris. Et Kigali refuse d’agréer sa remplaçante : l’actuelle conseillère Afrique de l’Élysée, Hélène Le Gal.

Il faudra attendre l’arrivée au pouvoir de François Hollande, et la nomination de Michel Flesch, l’actuel ambassadeur, pour que cette situation singulière prenne fin. Mais entre-temps, les Rwandais se sont impatientés…

L’appel d’offre pour trouver ce partenaire privé est finalement lancé mais il est infructueux. "C’est l’échec de cet appel d’offre qui a causé la situation actuelle et rien d’autre, affirme Maurice Brouard, le directeur de l’Institut Français au Rwanda. Il se trouve que cela a coïncidé avec la crise diplomatique. Mais ce sont deux sujets distincts."

Selon une source rwandaise proche du dossier, Paris n’a toutefois pas faits assez d’efforts. "Il était proposé au partenaire éventuel un contrat jusqu’au terme du bail de 30 ans que la mairie nous avait accordé, avec une prolongation éventuelle au-delà […] Nous ne pouvions signer de contrat hors du cadre juridique fixé par les autorités", précise-t-on à l’ambassade de France.

"Nous avons laissé assez de temps à l’ambassade de France pour réaliser son projet, affirme pour sa part le maire de Kigali. Elle n’a pas respecté les délais auxquels elle s’était elle-même engagée. Le gouvernement rwandais a confisqué le terrain en respectant les procédures, comme dans n’importe quel cas de ce genre. Nous leur avons laissé un mois pour quitter les lieux. Aujourd’hui, le terrain appartient au gouvernement rwandais".

"Nous n’avons abandonné aucune de nos activités culturelles, tient toutefois Maurice Brouard. L’école française continue de fonctionner sans problème. Nous avons même trouvé de nouveaux studios pour les artistes que nous hébergions au centre". À quel endroit ? "Au Goethe Institute"… allemand. Tout un symbole.

____________

Pierre Boisselet, envoyé spécial à Kigali

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte