Économie

Angola : João Lourenço congédie le fils de l’ex-président dos Santos de la direction du fonds souverain

João Lourenço, président de l'Angola. © Bruno Fonseca/AP/SIPA

João Lourenço a congédié mercredi le fils de l’ex-président dos Santos de la direction du fonds souverain. Celui-ci a notamment été mis en cause dans les Paradise Papers.

Selon l’agence de presse angolaise, le président João Lourenço a limogé le mercredi 10 janvier le fils d’Eduardo dos Santos, José Filomeno dos Santos, surnommé Zénu, de la présidence du « Fundo Soberano de Angola », le fonds souverain angolais. Il a également renouvelé son conseil d’administration, en nommant à sa tête un ancien ministre des Finances, Carlos Alberto Lopes. Ce départ fait suite à l’ouverture d’une enquête sur sa gestion de l’institution, après que le fils dos Santos ait été mis en cause dans les Paradise Papers.

Au 30 septembre 2017, le Fundo Soberano de Angola gérait 5 milliards de dollars d’actifs, dont 48 % étaient dédiés à l’Afrique subsaharienne, d’après les résultats financiers publiés fin décembre 2017.

Le « liquidateur implacable »

Depuis qu’il a remplacé Eduardo dos Santos à la tête du pays en septembre 2017, Lourenço a congédié un certain nombre de proches de son prédécesseur, au premier rang duquel ses enfants, gagnant au passage le surnom de « liquidateur implacable ».


>>> LIRE AUSSI – João Lourenço, « liquidateur implacable »


Il a ainsi démis de ses fonctions Isabel dos Santos à la tête de la Sonangold, et arrêté le contrat entre la télévision d’État et deux autres enfants dos Santos. Lourenço a également remplacé le gouverneur de la banque centrale et le directeur de la compagnie diamantaire nationale Endiama.

D’après un communiqué de la présidence angolaise, João Lourenço a tenu une première conférence de presse, lundi 8 janvier à l’occasion de ses 100 premiers jours au pouvoir. Il a ainsi rappelé sa détermination à lutter contre la corruption, annonçant notamment la mise en place d’appel d’offres ouverts et concurrentiels pour les projets de construction financés par l’État angolais.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte