Politique

Burkina : le général Diendéré inculpé pour attentat à la sûreté de l’État et trahison

| Par AFP
Mis à jour le 31 décembre 2017 à 19h27
Le général burkinabè Gilbert Diendéré, leader présumé du coup d'Etat manqué à Ouagadougou, au Burkina Faso, le 23 septembre 2015.

Le général burkinabè Gilbert Diendéré, leader présumé du coup d'Etat manqué à Ouagadougou, au Burkina Faso, le 23 septembre 2015. © STR/AP/SIPA

Déja poursuivi dans le cadre de l’affaire Sankara, le général Gilbert Diendéré a été inculpé d’attentat à la sûreté de l’État et trahison pour son implication dans le putsch manqué de septembre 2015 au Burkina Faso, a-t-on appris vendredi auprès de son avocat.

La chambre de contrôle du tribunal militaire a « finalement retenu » contre le général Diendéré, ancien patron du Régiment de sécurité présidentielle (RSP), l’unité d’élite ayant perpétré le putsch, « les chefs d’inculpation de meurtres, coups et blessures, incitation à la commission d’actes terroristes, attentat à la sûreté de l’État et trahison », a déclaré Me Mathieu Somé à l’issue de l’audience à huis clos.

Cent six autres personnes, dont l’ancien ministre des Affaires étrangères, le général Djibrill Bassolé, ont comparu devant le tribunal militaire pour l’audience de la confirmation de leurs chefs d’inculpations.

L’avocat a indiqué que des pourvois en cassation seront formulés par les accusés dans un délai de trois jours après la notification des charges.

L’abandon de certaines charges

En attendant, « il y a des motifs de satisfaction », s’est-il réjoui soulignant l’abandon des charges « d’association de malfaiteurs, acte de terrorisme, séquestration, crime contre l’humanité, complicité de dégradation de biens, détention illégale d’armes ».

Le 16 septembre 2015, des soldats du RSP, l’ancienne garde prétorienne de l’ex-président Blaise Compaoré, avaient tenté en vain de renverser le gouvernement de transition mis en place après la chute de M. Compaoré, chassé le 31 octobre 2014 par une insurrection populaire après 27 ans au pouvoir.

Ex-chef d’état-major particulier du président Compaoré, le général Diendéré avait pris la tête du Conseil national pour la démocratie (CND), organe dirigeant des putschistes, avant de rendre le pouvoir aux dirigeants de la transition face à la pression populaire et à l’armée loyaliste.

Poursuivi pour son implication présumée dans le putsch, Eddie Constance Komboïgo, président du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), le parti de l’ex-président burkinabè Blaise Compaoré, a lui été « totalement blanchi ».

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte