Économie

Maroc : la réforme des retraites est « urgente » selon le FMI

Le Fonds monétaire international a également incité le Maroc à réformer son régime des subventions.

Le Fonds monétaire international a également incité le Maroc à réformer son régime des subventions. © AFP

Le régime de retraite au Maroc arrive à bout de souffle et doit être reformé, estime le Fonds monétaire international (FMI). L’une des mesures proposées par le gouvernement prévoit un recul progressif de l’âge de départ à la retraite de 62 à 65 ans.

« Les caisses de retraites accumulent les déficits. (…) Chaque journée qui passe fragilise davantage le système ». Tel est le constat qu’a fait Jean-François Dauphin, chef de la mission de consultation du FMI, le 17 novembre, à Rabat, rapporte l’AFP. Aussi, selon le représentant de l’institution financière internationale, une réforme du régime de retraite au Maroc est « importante » et devra assurer « la viabilité du système des retraites » et « élargir » sa couverture à davantage de citoyens, selon la même source.

La retraite à 65 ans

Le régime des retraites constitue l’une des deux réformes sociales à haut risque pour le chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, avec celle de la caisse de compensation, qui subventionne des produits de grande consommation comme la farine, le sucre ou l’essence.

Lire aussi : 

La Caisse marocaine des retraites dans le rouge

Le FMI accorde au Maroc une nouvelle « ligne de précaution » de 5 milliards de dollars

Le Maroc lève un milliard d’euros sur les marchés internationaux

Maroc : chère ligne de précaution

La Banque mondiale va prêter 4 milliards de dollars au Maroc

Toujours en discussions, la réforme des retraites, qui prévoit un recul progressif de l’âge légal de départ de 62 à 65 ans, est le principal point d’achoppement entre les syndicats et le gouvernement.

Quatre centrales syndicales avaient appelé fin octobre à une « grève générale », suivie à plus de 80 % selon elles pour dénoncer notamment la réforme du système de retraites.

Alarme

Le gouvernement marocain avait saisi le Conseil économique et social (CESE), une instance consultative, pour émettre des recommandations sur cette question.

Dans un avis rendu le 31 octobre, cette institution confirme l’ »urgence » de cette réforme et recommande de relever progressivement l’âge de la retraite de six mois chaque année jusqu’à la fixer à 63 ans. En 2013, Abdelilah Benkirane avait sonné l’alarme en affirmant devant le Parlement que la caisse des retraites avait basculé dans le rouge et ne serait plus viable d’ici la fin de la décennie en l’absence de mesures drastiques.

En 2014, la Caisse marocaine des retraites devrait afficher un déficit de 200 à 300 millions de dirhams (18 à 27 millions d’euros) : une première. En 2021, cet organisme qui gère les pensions des fonctionnaires de l’État et des collectivités locales du Maroc, aura épuisé ses réserves.

(Avec AFP)

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte