Culture

L’œil de Glez : non à l’impérialisme culturel ! (Mais oui à l’imagerie enneigée de Noël…)

Par

Damien Glez est dessinateur-éditorialiste franco-burkinabè

L’œil de Glez. © Glez / J.A.

Depuis déjà plusieurs jours, les rues des principales capitales subsahariennes sont perlées de décorations pompières...

Dans de nombreuses boutiques, elles trônent déjà, ces peintures léchées de papas Noël pour lèche-vitrine. Certaines ont été réalisées avec tant de soin que des commerçants n’oseront pas les effacer, tant et si bien que Santa Claus sera toujours visible, plusieurs mois plus tard, en pleine canicule sahélienne. Incongru ? Quelle résonance culturelle peut bien avoir, en Afrique, ce distributeur de cadeaux qui vit dans le grand Nord et se déplace sur un traîneau tracté par d’étranges animaux ? Comment alimenter le mythe d’un généreux bedonnant qui a besoin, pour son ouvrage, de ce qu’on ne trouve pas en Afrique : des cheminées ?

À l’heure de l’africanité revendiquée, de la valorisation des langues nationales et de la mode des tissus traditionnels, les populations africaines n’échappent pas tout à fait aux opérations de marketing mondialisées. Si Halloween peine à s’insinuer dans les cerveaux des jeunes francophones, les commerçants de rêves ont réussi à imposer leurs promos de Saint-Valentin. Quant au Père Noël, il est donc devenu un personnage familier.

On découvre le vieux barbu attablé au maquis, bonnet sur la tête mais short en bogolan, sirotant une bière avec décontraction

Cynique ou tendre, l’illustrateur burkinabè El Marto ne s’y est pas trompé. Sur l’une de ses fresques, on découvre le vieux barbu attablé devant le kiosque « Maquis du Faso », bonnet sur la tête mais short en bogolan, sirotant une bière avec décontraction.

Comme il existe des représentations de « Christ noir » ou de « vierge noire », papa Noël se tropicalise. À Abidjan, depuis 4 ans, le « Bureau du Père Noël en Afrique » affirme être « le bureau réel du Père Noël » qui « s’engage à faire parvenir au Père Noël la liste de cadeaux des enfants et leur offre même l’opportunité d’une conversation personnalisée avec lui ». Ce village propose un circuit de jeux, un marché de Noël ou encore une boutique de friandises. À ceux qui subodoreraient l’exploitation commerciale d’une imagerie enfantine importée, la page Facebook précise que le « Bureau du Père Noël en Afrique » est une organisation à but non lucratif.

Enfin, pour booster les caprices des bambins, les initiatives commerciales locales peuvent compter sur la chaîne de télévision éphémère qui se glisse dans la plupart des bouquets francophones : la chaîne du Père Noël 2017. Gare à la saturation de bonhomie…

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte