Bourse

Bourse : Londres et Lagos veulent développer les doubles cotations

| Par Jeune Afrique
Le London Stock Exchange a conclu un partenariat avec la Bourse de Casablanca en juin 2013.

Le London Stock Exchange a conclu un partenariat avec la Bourse de Casablanca en juin 2013. © Reuters

Les Bourses de Londres et de Lagos ont signé un accord de coopération visant à favoriser les doubles cotations sur ces places financières.

La guerre des Bourses entre Londres et Lagos n’aura pas lieu. Conséquence logique de l’attractivité croissance de la Place londonienne pour les entreprises nigérianes, les Bourses de Londres et de Lagos ont signé le 18 novembre un accord de partenariat. Cette convention vise à renforcer la coopération entre le London Stock Exchange et le Nigerian Stock Exchange notamment en ce qui concerne les doubles cotations, ouvrant ainsi aux groupes nigérians un accès plus aisé aux marchés financiers internationaux.

Étape majeure

L’accord, prévu pour une durée initiale de deux ans, fait suite à la mise en place début 2014 d’un nouveau processus de règlement des opérations boursières entre le Royaume-Uni et le Nigeria, qui a facilité la cotation et la vente d’actions ordinaires des entreprises nigérianes cotées à Londres, ainsi que celles des entreprises anglaises sur le marché nigérian. En Avril dernier, le producteur d’hydrocarbures nigérian Seplat a levé 500 millions de dollars lors de son introduction simultanée sur les places de Lagos et Londres.

Lire aussi :

Pourquoi les groupes africains préfèrent les Bourses étrangères

Bourse : Casablanca et Londres renforcent leur partenariat

Nigeria : « Il n’y aura pas de krach à Lagos, le marché va rebondir »

« L’accord [signé] aujourd’hui est une autre étape majeure vers l’objectif de garantir que toutes les entreprises qui mènent des activités importantes en Afrique soient accessibles tant aux investisseurs nigérians qu’internationaux, a déclaré Oscar Onyema, PDG du Nigerian Stock Exchange.

« De plus, a-t-il ajouté, nous allons nous assurer que nos principales entreprises atteignent la réputation mondiale et reçoivent les investissements institutionnels internationaux qu’elles désirent ».

Pour Nikhil Rathi, responsable du développement international de London Stock Exchange, ce partenariat est une preuve de « la volonté claire de la communauté mondiale des investisseurs de prendre part à l’aventure nigériane ». À ces dires, la Bourse de Londres compte « bâtir sur le succès des doubles cotations et sur le partenariat avec NSE pour faire découvrir [aux investisseurs] le développement rapide des marchés de capitaux nigérians et de l’économie nigériane ».

Deuxième « Bourse africaine »

Selon les données disponibles, neuf entreprises ayant des intérêts au Nigeria sont cotées à la la Bourse de Londres : six producteurs d’hydrocarbures et trois groupes bancaires. Elles représentent une capitalisation boursière de 14,2 milliards de dollars.

Aujourd’hui, Londres est la deuxième « Bourse africaine », avec 125 entreprises du continent (ou y ayant l’essentiel de leurs activités) cotées pour une capitalisation de 273 milliards de dollars. Selon ses statistiques, ces compagnies y auraient levé depuis 2008 environ 17 milliards de dollars.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte