Diplomatie

Gaza : réouverture du point de passage vers l’Égypte pour quatre jours

Adieux émouvants d'une petite fille derrière la vitre d'un bus en route vers le poste frontière de Rafah, entre la bande de Gaza et l'Egypte le 16 décembre 2017. © © AFP / SAID KHATIB

Le point de passage entre l'Égypte et la bande de Gaza, généralement fermé, a rouvert partiellement samedi pour quatre jours, a indiqué le ministère de l'Intérieur du Hamas, au pouvoir dans l'enclave palestinienne.

Pour la première fois depuis un mois, des Palestiniens ont pu emprunter le point de passage de Rafah dans le sud de Gaza. Généralement fermé, celui-ci a en effet partiellement rouvert le 16 décembre, pour une durée de quatre jours. Cette réouverture concerne seulement les « cas humanitaires » dans le sens Gaza-Égypte, a précisé la même source. Aucune limitation n’est en revanche imposée pour les Palestiniens entrant dans la bande de Gaza en provenance d’Égypte.

Samedi matin, quelque 200 personnes, dont dix malades en attente de soins en Égypte, ainsi que des étudiants inscrits dans des établissements égyptiens, des ressortissants de ce pays et des Palestiniens travaillant dans des pays étrangers restés bloqués dans la bande de Gaza, ont pu emprunter le passage, qui avait ouvert pour la dernière fois à la mi-novembre durant trois jours.

Vers une ouverture plus régulière ?

Le point de passage de Rafah, seule ouverture de la bande de Gaza vers le monde extérieur non contrôlée par Israël, est fermé quasiment en permanence depuis des années, renforçant l’isolement de l’enclave palestinienne, soumise à un vigoureux blocus israélien depuis plus de dix ans. Israël a mené trois guerres contre le Hamas, qui gouverne l’enclave depuis 2007.

L’Autorité palestinienne a repris le 1er novembre le contrôle, côté palestinien, des postes frontières avec Israël et l’Égypte à la suite d’un accord de réconciliation avec le Hamas. Mais des divergences ont empêché la poursuite du transfert de pouvoir entre les deux mouvements palestiniens rivaux.

Cet accord, parrainé par l’Égypte, devrait conduire à une ouverture plus régulière de la frontière, que Le Caire a maintenue fermée pour la plupart du temps ces dernières années. Des divergences entre Palestiniens persistent, notamment sur la question du contrôle de la sécurité dans la bande de Gaza.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte