Politique

Gabon : le projet de loi controversé sur la révision constitutionnelle adopté par l’Assemblée nationale

Le président gabonais Ali Bongo, à Paris, le 15 novembre 2015. © Diomande Ble Blonde/AP/SIPA

Dans le viseur de l'opposition depuis plusieurs mois, ce texte, accusé par ses détracteurs de pousser à une monarchisation du pouvoir, devra maintenant passer devant le Sénat.

L’adoption par le conseil des ministres du projet de révision de la Constitution gabonaise, le 28 septembre dernier, avait déjà provoqué un tollé au sein de l’opposition gabonaise. Les députés ont adopté jeudi 14 décembre en séance plénière à l’Assemblée nationale, à une très large majorité, le projet de loi décrié par l’opposition qui dénonce une « monarchisation » du pouvoir.

Un plébiscite qui n’a rien de surprenant, puisque l’Assemblée nationale gabonaise est composée de 114 députés du Parti démocratique gabonais (PDG), le parti au pouvoir, pour 120 sièges disponibles.

« Serment d’allégeance »

Mi-octobre, Alexandre Barro Chambrier, président du parti d’opposition Héritage et Modernité, avait critiqué ce projet, le qualifiant de « recul de la démocratie (…) faisant fi de la séparation des pouvoirs et cherchant à prendre avantage d’une possible cohabitation ».

L’opposition n’hésite pas à parler « projet monarchique » et de « coup d’État constitutionnel ». Elle critique un texte qui ne limite pas les mandats présidentiels, supprime l’âge minimum pour les candidats à la présidentielle et qui obligera s’il est adopté les membres du gouvernement à faire un « serment d’allégeance » au chef de l’État.

Le projet de révision de la Constitution fait débat depuis octobre au Gabon, qui a connu une élection présidentielle mouvementée en août 2016, élection dont l’opposant Jean Ping se réclame toujours vainqueur. Un climat tendu alors que les prochaines échéances électorales se profilent à l’horizon, avec les législatives prévues fin avril 2018.

Jean Ping a d’ailleurs qualifié le projet de révision constitutionnelle de « violation du principe de la séparation des pouvoirs » et de « dérive autocratique ».


> Répondez à notre sondage : que pensez-vous des mesures proposées dans la réforme de la Constitution ?


Prochaine étape, le Sénat

« Il ne s’agit en aucun cas d’une présidentialisation ou d’une monarchisation », avait assuré pour sa part début novembre le porte-parole de la présidence, Ike Ngouoni Aila Oyouomi, estimant que le texte comporte des « avancées » en matière de démocratie comme la volonté de mise en place d’un scrutin à deux tours pour l’élection présidentielle.

Le projet met en application les actes du « dialogue politique » (mars-mai 2017) souhaité par l’exécutif pour tourner la page d’une présidentielle 2016 marquée par des violences post-électorales encore très présentes à l’esprit des Gabonais.

Le texte doit désormais passer devant le Sénat, avant d’être examiné par la Cour constitutionnelle.

 

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte