Droits de l’homme

Cameroun : Atangana déterminé à obtenir réparation pour ses 17 années de détention

| Par Jeune Afrique
Michel Thierry Atangana.

Michel Thierry Atangana. © AFP

Libéré le 24 février après dix-sept ans de réclusion pour des détournements de fonds qu’il a toujours niés, le Franco-Camerounais Michel Thierry Atangana espère obtenir réparation de « l’injustice » qui lui a été faite.

Le 29 avril, soit deux mois après sa libération au bout de dix-sept années passées en prison, Michel Thierry Atangana a rencontré les membres du groupe de travail de l’ONU sur la détention arbitraire – lesquels avaient, le 3 février, demandé l’ouverture d’une enquête pour identifier les responsables de l’affaire et plaidé en faveur d’une "indemnisation réparatoire".

Le 7 mai à Washington, il a été reçu par Robert P. Jackson, adjoint au bureau des Affaires africaines (les deux hommes ont notamment évoqué la situation de Lydienne Yen Eyoum, une avocate franco-camerounaise détenue depuis quatre ans pour détournement de fonds).

Le "cas Atangana" devrait être abordé lors du sommet États-Unis – Afrique, début août, et mentionné dans le rapport annuel des Nations unies, en septembre.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte