Politique

Avions présidentiels : la malédiction de l’A340 GA

Indispensable attribut du pouvoir ou plaisir dispendieux, l'avion présidentiel est un objet mythique. De Bouteflika à Biya en passant par Déby Itno, les dirigeants africains ne s'en privent pas plus que les autres.

Dans le milieu, on dit que cet appareil a "le mauvais oeil". L’Airbus A340 a en effet vu le destin d’une poignée de chefs d’État africains basculer rapidement après son acquisition. Depuis trois ans, les intermédiaires dépêchés par Tunis pour tenter de revendre la dernière folie de Ben Ali – notamment en Afrique subsaharienne – se voient tous rappeler la mauvaise fortune de son dernier propriétaire.

Le raïs égyptien Hosni Moubarak n’aura lui aussi que très peu profité de son A340. Et si le sort funeste de Kadhafi ne peut certainement pas être imputé à son avion, le fait qu’il s’agisse là aussi d’un A340 a achevé de gâcher la réputation de ce long-courrier auprès des chefs d’État. Reste Abdelaziz Bouteflika. Toujours bénéficiaire d’un appareil de ce type, il ne voyage plus, et sa santé s’est largement dégradée depuis 2009, date de l’achat de l’avion maudit…

___________

SOMMAIRE DU DOSSIER

 

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte