Politique

Union africaine : quand les candidats de l’OIF toquent à la porte

Le palais des congrès de Malabo. © AFP

Les dirigeants d'Afrique francophone ne se sont pas réunis en marge de ce sommet pour désigner un candidat commun au secrétariat général de l'Organisation internationale de la francophonie (OIF), dont l'élection aura lieu à Dakar, en novembre.

"En mai, Abdou Diouf m’avait pourtant indiqué qu’une réunion aurait lieu", confie le Mauricien Jean-Claude de L’Estrac, qui brigue ce poste. "On m’a expliqué qu’il n’y avait pas assez de chefs d’État francophones présents", poursuit-il, dubitatif.

>> À lire aussi : trois candidats en course pour le secrétariat général de l’OIF

Ce qui n’a pas empêché le secrétaire général de la Commission de l’océan Indien de remettre à de nombreux présidents un fascicule sur papier glacé de 17 pages présentant son parcours et sa "vision de la francophonie", ni d’entreprendre Thomas Mélonio, le conseiller Afrique adjoint à l’Élysée. Celui-ci a sans doute été amusé par cette offensive de L’Estrac, qui, à la cérémonie d’ouverture, a pris place derrière le président de Maurice. De son côté, Arvin Boolell, le chef de la diplomatie mauricienne, qui ne cache pas être venu pour défendre cette candidature, se targue de compter sur le soutien d’une dizaine de pays d’Afrique francophone et du Rwanda.

Lui aussi candidat, Pierre Buyoya, l’ex-président du Burundi aujourd’hui haut représentant de l’UA pour le Mali et le Sahel, a également profité de sa présence pour solliciter une audience avec Mohamed Ould Abdelaziz, le président en exercice de l’UA, et distribuer une plaquette de vingt pages intitulée "Mon ambition pour la Francophonie". "Grâce à Boutros Boutros-Ghali et à Abdou Diouf, l’OIF s’est imposée comme une institution politique et une puissance pacifique. C’est ce travail que je me propose de poursuivre", y indique-t-il. Quant au troisième candidat africain, le Congolais Henri Lopes, il n’avait pas fait le déplacement.

>> À lire aussi : Sommet de l’UA, un consensus autour d’un candidat au secrétariat général de l’OIF ?

Pourquoi les chefs d’État francophones du continent n’ont-ils pas profité de ce sommet pour se mettre d’accord sur un candidat unique face à la Canadienne Michaëlle Jean ? "C’est trop tôt, souffle un ministre des Affaires étrangères. On verra à l’Assemblée générale de l’ONU, en septembre, à New York."

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte