Religion

Ramadan : consommation, inflation, gaspillage, sécurité… le mois de tous les excès

Hausse des prix et surconsommation : le ramadan est difficile à boucler pour de nombreux musulmans.

Hausse des prix et surconsommation : le ramadan est difficile à boucler pour de nombreux musulmans. © AFP

Point d’orgue du calendrier islamique, le mois sacré impose son rythme à l’ensemble de la communauté musulmane. De l’assiette à la télévision, impossible d’y échapper. Bienvenue dans la ferveur de l’été.

Depuis le 28 ou le 29 juin, selon les interprétations du calendrier lunaire, un être humain sur six a entamé le mois sacré du ramadan, consacré au jeûne, à la retenue et à la spiritualité. Un mois qui, pour les musulmans, fait de tous les jours de la semaine un vendredi, avec le rendez-vous quotidien des tarawih, ces prières collectives surérogatoires qui marquent le début de la soirée.

Mois de repli culturel et de convivialité familiale, le ramadan bouleverse les comportements sociaux, fait exploser la consommation alimentaire, provoque l’inflation, dope les audiences télévisées… et complique la mise en oeuvre des tâches régaliennes de l’État : veiller à l’approvisionnement du marché, lutter contre la spéculation et l’inflation, assurer la sécurité face à la menace terroriste…

Le ramadan se distingue par tous les excès. Un exemple ? Le gaspillage : en Algérie, 20 millions de baguettes de pain finissent à la décharge publique. Au Maghreb comme en Afrique subsaharienne, les cas d’indigestion ou d’empoisonnement alimentaire décuplent, si bien qu’une demi-heure après la rupture du jeûne les services d’urgence des hôpitaux sont déjà débordés.

Cette année, le 1 435e ramadan trouvera de nouveau une Oumma éprouvée par ses conflits armés, entre une Libye qui espère, un Irak qui implose, une Syrie qui se déchire, un Mali qui vacille, un Nigeria meurtri, une Égypte en quête de rédemption, des pétromonarchies empêtrées dans des contentieux et des guerres d’ego et une Palestine torturée. Tous ces drames et ces bouleversements ne nous empêchent pas de vous souhaiter un "ramadan karim".

_____________________________________

RETROUVEZ TOUS LES ARTICLES DE NOTRE DOSSIER

La grande bouffe

Mehdi Houas "Garantir la protéine à coût réduit"

Nuits d’excès à Tunis

Sur la table de l’iftar

Sportifs en position de hors jeûne

La saison des imams

Soap opera et sketch chorba

Diaporama : les dix plus belles mosquées d’Afrique

Diaporama : la rupture du jeûne chez les musulmans africains

Ramadan : suivez le guide du jeûneur 2.0 sur Twitter

© MAHMUD TURKIA / AFP

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte