Société

Ramadan : la saison des imams

Sommet de piété pour les fidèles, test de popularité pour les prédicateurs… Des mosquées aux chaînes de télé, le mois sacré du ramadan est l’occasion pour chacun de réaffirmer sa propre idée de l’islam.

Mis à jour le 8 juillet 2014 à 17:52

Omar El Kazabri dirige la prière à la mosquée Hassan-II à Casablanca. © Abdelhak Senna/AFP

Pour les croyants, le ramadan est avant tout une période d’intense pratique religieuse. Chaque année, les préparatifs vont bon train dans les mosquées de Casablanca, d’Alger ou de Dakar pour accueillir le surplus de fidèles.

Mois de la révélation du Coran, selon la tradition, le ramadan est aussi celui de la piété retrouvée pour ceux qui souhaitent alors consacrer plus de temps à leur foi, de façon individuelle et collective. Le point d’orgue de cette ferveur religieuse a lieu au cours des dix derniers jours du mois : certains pratiquent alors l’i’tikaf, une retraite spirituelle dans les mosquées.

Une autre pratique courante marque ce mois pas comme les autres : les tarawih, prières surérogatoires effectuées en groupe après celle du soir, qui sont l’occasion d’accomplir la lecture du Coran. La soirée la plus spectaculaire et la plus ostentatoire est celle de Laylat al-Qadr, la "nuit du destin". Elle coïncide pour les Maghrébins avec la veillée du 27e jour du ramadan. Presque toute l’activité sociale et familiale tourne alors autour de cette prière collective, qui, selon la formule consacrée, "vaut mieux que mille mois".

À 40 ans, Omar El Kazabri est une célébrité au Maroc.

Sur la corniche de Casablanca, la mosquée Hassan-II accueille cette nuit-là un nombre record de fidèles. Accoutumées pendant quatre semaines à la voix douce de l’imam Omar El Kazabri, près de 250 000 personnes s’alignent dans l’enceinte de l’édifice et sur son esplanade – pour les plus vaillants, la veillée durera toute la nuit. À 40 ans, Omar El Kazabri est une célébrité au Maroc.

Ce natif de Marrakech a suivi un parcours théo­logique classique qui l’a mené en Arabie saoudite, où il s’est fait remarquer par sa déclamation du Coran à la mosquée Ben Laden, à Djeddah. De retour au pays, il fait sensation dans le quartier populaire d’El Oulfa, avant d’être nommé en 2004 imam de la mosquée Hassan-II, qui pâtissait jusque-là d’un déficit de fréquentation.

Concours de déclamation

Loin de répondre à la demande croissante de prêches plus politiques, cet islam officiel, aseptisé, est au contraire une façon pour les États maghrébins de contrer l’influence des chaînes satellitaires et de réaffirmer une tutelle nationale sur la religion. Quitte à utiliser les mêmes outils de marketing audiovisuel que leurs concurrents venus d’Orient.

En Algérie, les autorités ont ainsi lancé, il y a onze ans, un concours de déclamation du Coran, baptisé Forsane el-Coraân ("les chevaliers du Coran"), ouvert aux jeunes de moins de 25 ans et diffusé pendant le ramadan. La même année, un programme similaire a fait son apparition sur la chaîne marocaine 2M.

Le mois sacré est aussi une époque bénie pour le cheikh algérien Chems Eddine Bouroubi, qui, sur Ennahar TV, répond aux questions des téléspectateurs sur leur pratique religieuse et leur vie quotidienne. Mais pour ses adversaires salafistes, ce soufi débonnaire parlant la darija algérienne n’a aucune légitimité théologique. Sur les chaînes satellitaires, les prédicateurs les plus en vue sont ceux de la télévision saoudienne Iqraa, notamment les cheikhs Abdallah al-Mosleh, Aid al-Qarni et Mohamed al-Arifi (à qui avait été attribuée la fausse fatwa du jihad du sexe).

Enfin, on ne sait pas encore si Amr Khaled, le téléprédicateur favori de ces dames, aura son émission cette année. Cet Égyptien est au centre d’une polémique à cause de ses liens avec les Frères musulmans, bannis par quasiment toutes les grandes chaînes satellitaires du Golfe.

_____________________________________

RETROUVEZ TOUS LES ARTICLES DE NOTRE DOSSIER "TOTAL RAMADAN"

Total ramadan

La grande bouffe

Mehdi Houas "Garantir la protéine à coût réduit"

Nuits d’excès à Tunis

Sur la table de l’iftar

Sportifs en position de hors jeûne

Soap opera et sketch chorba

Diaporama : les dix plus belles mosquées d’Afrique

Diaporama : la rupture du jeûne chez les musulmans africains

Ramadan : suivez le guide du jeûneur 2.0 sur Twitter

© MAHMUD TURKIA / AFP