Sport
La mascotte du Mondial 2018 en Russie, le loup Zabivaka, à l’entrée de la tour Kutafya Tower, au Kremlin, à Moscou, le 30 novembre 2017.

Cet article est issu du dossier

Objectif Mondial 2018

Voir tout le sommaire
Société

Égypte : Hector Cúper, l’anti-esthète au service de l’efficacité

Mis à jour le 1 juin 2018 à 12:53

Hector Cúper, le sélectionneur argentin de l’équipe d’Égypte © Daniel Ochoa OLZA/AP/SIPA

Le sélectionneur Hector Cúper a su redonner confiance à des Pharaons rongés par le doute après une série d’échecs.

Disons-le tout net, l’Égypte est ennuyeuse à regarder. Absents de la Coupe du monde depuis 1990, les Pharaons sont pourtant redevenus, sous la direction de Hector Cúper, une des équipes majeures du football africain.

Avant de poser ses valises au Caire en 2015, l’austère Argentin âgé de 61 ans avait écumé l’Europe (Espagne, Italie et Grèce) et l’Asie (Géorgie et Turquie), puis avait effectué un crochet par Dubaï.

Seule la victoire est belle

À défaut de faire rêver les supporteurs égyptiens, sevrés de résultats depuis le sacre continental obtenu il y a six ans en Angola, Hector Cúper a redonné confiance à une sélection qui enchaînait les mauvais résultats. Et peu importe la manière.