Économie

Réseaux sociaux : le classement des villes africaines les plus actives sur Twitter

Mis à jour le 9 juillet 2014 à 10:09

« Jeune Afrique » a établi un classement d’où il ressort un grand retard dans l’utilisation de Twitter par les villes africaines. Si certaines municipalités se démarquent, la plupart négligent cet outil de promotion sur internet – même les plus touristiques, notamment au Maghreb. Enquête.

C’est indéniable, Twitter progresse chaque jour sur le continent africain. Récemment, lors de la mort de Nelson Mandela ou lors de la Coupe du monde, le continent a vécu une grande partie de l’actualité sur le réseau social américain. Pourtant, les pouvoirs publics ne semblent pas encore en avoir saisi tous les bénéfices à tirer en termes d’image.

>> Lire aussi : "Mandela vs Obama : sur Twitter, l’Américain reste devant" et "Au mondial 2014, les stars africaines marquent aussi sur Twitter !"

Sur une soixantaine des plus grandes villes du continent, moins de vingt se sont dotées d’un compte officiel sur Twitter, la plupart ne disposant pas, ou pas encore, de réelle force de frappe sur le réseau de microblogging. Ainsi, chez les francophones, Cotonou (71 abonnés pour aucun tweet), Kinshasa (44 abonnés pour 3 tweets) ou Bujumbura (5 abonnés pour 2 tweets) font simplement acte de présence.

>> Lire aussi : "Le classement des villes africaines les plus "likées" sur Facebook en 2014"

Plus étonnant, Marrakech, l’une des plus touristiques, ne compte que 116 abonnés. Une piètre performance bien qu’elle semble être la seule présente sur Twitter sur la zone Maghreb. Côté francophone, seule Dakar s’en sort avec 4 035 followers, un score honorable mais sans comparaison avec la première partie du Top 16 de Jeune Afrique, dominé par les villes sud-africaines, accompagnées de Kampala et Kigali.

Des communautés pourtant déjà présentes sur Twitter

Les villes d’Afrique ne sont pour autant pas déconnectées. Si les métropoles d’Égypte ne disposent d’aucun compte officiel sur Twitter, elles figurent parmi celles d’où ont été émis le plus de tweets dans les trois derniers mois de 2013, selon une étude de la société Portland, qui estime que 227 509 et 159 534 tweets géolocalisés ont été respectivement postés depuis Le Caire et Alexandrie.

Si la population semble avoir pris en main Twitter, les autorités l’ont en général laissé de côté. À Lagos, à Accra, à Abidjan ou encore à Tunis, les mairies ou offices de tourisme ont pour le moment échoué à rallier à elles des communautés de twittos qui existent pourtant depuis quelques années, comme le montre cette étude sur les capitales africaines de Twitter fin 2012 :

>> "Les capitales africaines de Twitter, quartier par quartier"

"Les villes africaines sous-exploitent voire négligent les leviers de l’engagement numérique", explique l’agence Hopscotch système Africa, qui a publié en juillet dernier le baromètre numérique des métropoles d’Afrique. "Elles ont tout à gagner à s’en emparer pour développer un lien avec leurs publics et (…) affirmer une puissance communautaire", ajoute l’agence. Et celle-ci de révéler que, parmi les dix villes les plus mentionnées sur le réseau social en février 2014, seuls trois disposent d’un compte Twitter officiel.

 Classement des villes les plus mentionnées sur Twitter en février 2014
(Source
Hopscotch systèm Africa)

  Ville
1 Le Caire
2 /img/commun/menu/d_Afs.png Le Cap
3 /img/commun/menu/d_Senegal.png Dakar
4 /img/commun/menu/d_CapVert.png Praia
5 Tunis
6 /img/commun/menu/d_Gambie.png Bangui
7 /img/commun/menu/d_Nigeria.png Lagos
8 /img/commun/menu/d_Kenya.png Nairobi
9 /img/commun/menu/d_Libye.png Tripoli
10 /img/commun/menu/d_Nigeria.png Abuja

_________________

Par Mathieu OLIVIER