Société

Maroc : au moins quatre morts dans l’effondrement de trois immeubles à Casablanca

Trois immeubles se sont effondrés vendredi matin à Casablanca, au Maroc, sur le boulevard Mehdi Ben Barka, faisant au moins quatre morts et des dizaines de blessés. Le drame aurait paradoxalement été causé par des travaux de réfections.

Mis à jour le 11 juillet 2014 à 14:55

Mis à jour à 19h58.

Au moins quatre personnes sont mortes et 55 autres ont été blessées quand trois immeubles se sont partiellement effondrés dans la nuit à Casablanca, la capitale économique du Maroc où les secours cherchaient encore une dizaine de résidents. Ces immeubles du quartier El Hank, proche du littoral, se sont partiellement effondrés vers 02H30 du matin et les corps sans vie de quatre personnes, dont un enfant de 10 ans et une femme d’une quarantaine d’années, ont été retirés des gravats, selon les autorités locales citées par l’agence MAP.

Les pompiers ont également secouru au moins 55 blessés, dont six enfants. Une quarantaines d’entre eux sont sortir de l’hôpital. Les recherches se poursuivaient dans l’après-midi, alors qu’une dizaine d’habitants étaient toujours portés manquants, selon un correspondant de l’AFP sur place. Le roi Mohammed VI, actuellement à Casablanca, s’est rendu sur les lieux ainsi qu’au chevet de blessés.

Des instructions ont été données aux autorités locales pour prendre les mesures nécessaires afin de procéder au relogement provisoire des sinistrés, a annoncé le Palais royal dans un communiqué. D’après des habitants interrogés par l’AFP, l’effondrement aurait pu être provoqué par l’existence de travaux anarchiques dans des étages inférieurs et par un manque d’entretien général des immeubles du quartier.

Mégalopole de cinq millions d’habitants, Casablanca compte des milliers de logements insalubres, en particulier dans la vieille ville (médina). Fin 2012, deux personnes étaient mortes dans l’effondrement d’une maison d’un quartier proche de cette médina à la suite d’intempéries. A l’époque, entre 4.000 et 7.000 logements menaçaient de s’effondrer dans la ville, selon un rapport du ministère de l’Habitat. Plusieurs programmes de réhabilitation et de relogement ont été lancés ces dernières années, en particulier à destination des dizaines de milliers de ménages vivant dans des bidonvilles de l’agglomération.

_________________

Par Mathieu OLIVIER