Politique

Gaza : Israël poursuit ses bombardements et appelle 100 000 habitants à évacuer leur domicile

Environ 100 000 habitants du nord de la bande de Gaza ont reçu des tracts les appelant à évacuer leur domicile, a affirmé mercredi l’armée israélienne. Dans la nuit de mardi à mercredi, Israël a bombardé les domiciles de plusieurs responsables du Hamas.

Par
Mis à jour le 16 juillet 2014 à 10:00

Une femme blessée est transportée à l’hôpital al-Shifa de Gaza City, le 15 juillet 2014. © AFP

"En dépit du cessez-le-feu, le Hamas et d’autres organisations terroristes ont continué à tirer des roquettes, dont un grand nombre provenait de ces trois zones (…) Pour votre propre sécurité, il vous est demandé d’évacuer votre domicile immédiatement et de vous rendre à Gaza avant mercredi 08h00 (05h00 GMT)".

Voici le  tract envoyé par l’armée israélienne à environ 100 000 habitants du nord de la bande de Gaza. "Ces appels concernent les habitants de Zeitoun, Choujaiya et Beit Lahiya, qui ont reçu des appels téléphoniques enregistrés, des sms et des tracts", a précisé mercredi 16 juillet l’armée dans un communiqué.

Des correspondants de l’AFP ont vu ces tracts largués sur Zeitoun, au sud-est de la ville de Gaza. Dimanche, des messages similaires avaient déjà été envoyés à Beit Lahiya, poussant plus de 17 000 habitants à trouver refuge dans les écoles de l’ONU. Les frappes annoncées comme sans précédent n’avaient finalement pas eu lieu.

>> Lire aussi : Après six heures de trêve, Israël a repris ses frappes sur Gaza

Les bombardements de l’aviation israélienne sur la bande de Gaza se sont poursuivis dans la nuit de mardi à mercredi. Au neuvième jour de l’opération "Bordure protectrice", les avions de combat israélien ont visé à Gaza City l’habitation de Mahmoud al-Zahar, touchée par au moins deux missiles mais vide au moment des frappes, et celle de Bassem Naim.

Les frappes israéliennes ont aussi touché les habitations de l’ancien ministre de la Santé Fathi Hammad et du député du Hamas Ismail al-Ashqar, à Jabalia (nord).

Plus de 200 morts

Dans la bande de Gaza, contrôlée par le Hamas, un Palestinien a été tué mercredi matin par un tir de char israélien à Khan Yunis, portant à 203 le nombre de Palestiniens tués, dont une grande majorité de civils, en huit jours de conflit. Près de 1 500 ont été blessés.

Israël avait repris ses raids mardi après-midi sur l’enclave palestinienne, en réponse à des dizaines de tirs "aveugles" de roquettes du Hamas, dont deux ont été détruites en vol au-dessus de Tel-Aviv.

>> Lire aussi : Israël – Palestine, mais quand s’arrêteront-ils ?

"Une solution diplomatique aurait été meilleure, c’est ce que nous avons essayé de faire lorsque nous avons accepté la proposition de trêve de l’Égypte. Mais le Hamas ne nous a pas laissé d’autre choix que d’étendre et d’intensifier notre campagne contre lui", a affirmé le Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Sa déclaration a coïncidé avec l’annonce de la mort d’un Israélien par un tir de roquette au passage d’Erez entre Israël et Gaza, la première victime israélienne depuis le début le 8 juillet de l’offensive aérienne contre Gaza et l’intensification des tirs palestiniens.

(Avec AFP)