Politique

Élections en Tunisie : Ennahdha ne vise que la présidence… du Parlement

Selon les proches de Ghannouchi, la formation islamiste tunisienne Ennahdha ne convoite pas la présidence de la République. Et concentre ses forces sur celle du Parlement, vrai centre du pouvoir.

Par
Mis à jour le 16 juillet 2014 à 16:17

Rached Ghannouchi rêve de transformer radicalement la société tunisienne. © AFP

Législatives le 26 octobre, premier tour de la présidentielle le 23 novembre… Tous les partis s’apprêtent à partir à la conquête du Palais de Carthage. Tous, sauf un : Ennahdha.

Quand Rached Ghannouchi, son leader, assure qu’il se ralliera à un candidat consensuel, il dit vrai : la présidence de la République, qui ne dispose que de prérogatives constitutionnelles réduites, ne l’intéresse pas. De source proche de son conseil consultatif, la formation islamiste n’aurait qu’un seul objectif : la présidence du futur Parlement, véritable centre du pouvoir à l’avenir.

Ennahdha s’emploie donc sur le terrain à s’assurer une majorité absolue à l’Assemblée, afin de pouvoir légiférer à sa guise et de poursuivre les changements sociétaux dont il rêve. Il est favorable à la reconduction du gouvernement de Mehdi Jomâa, avec quelques changements, notamment au ministère de la Justice.