Société

Afrique du Sud : premier « Mandela Day » sans Madiba

67 minutes. C’est le temps que chaque Sud-Africain, et de nombreux autres citoyens du monde, doit consacrer pour aider son prochain à l’occasion du « Mandela Day », une journée en l’honneur de Nelson Mandela, décédé en décembre 2013.

Par
Mis à jour le 18 juillet 2014 à 13:21

Des femmes sud-africaines tricotent des couvertures le 13 juillet 2014 à Johannesburg pour prépare © AFP

Le monde entier est appelé à aider son prochain vendredi 18 juillet à l’occasion du "Mandela Day", un jour de solidarité reconnu par l’ONU depuis cinq ans en l’honneur de l’ancien président sud-africain. Nelson Mandela, mort le 5 décembre 2013, aurait eu 96 ans vendredi.

126 pays vont célébrer les valeurs du militant anti-apartheid et sont invités à consacrer 67 minutes de leur temps au service des autres, en hommage à ses 67 années de militantisme et d’action politique. En 2009, lors de la première édition, seules deux villes, Johannesburg et New York, avaient joué le jeu.

> > Lire aussi : "Mandela Day" : 67 minutes pour rendre hommage à Nelson Mandela

Le directeur de la Fondation Mandela, Sello Hatang, s’est félicité des 1 000 manifestations prévues dans le monde entier, comme des concerts à Arles, à Édimbourg, à Dallas ou la sortie du film qui lui a été consacré l’an dernier en Chine.

Une grande opération de nettoyage

En Afrique du Sud, le président Jacob Zuma a appelé ses concitoyens à sortir balais et serpillères pour réaliser une grande opération de nettoyage en l’honneur de Madiba. Le gouvernement a même dressé une liste des tâches à réaliser en cette journée de solidarité, comme le ramassage des ordures. Une nouvelle qui n’a pas forcément ravi les contribuables, qui estiment qu’ils paient des impôts pour cela.

"Nous devons montrer notre amour pour notre beau pays en nettoyant notre environnement, ensemble", a déclaré Jacob Zuma, qui sera présent dans le sud du pays, à Mvezo, le village natal de Mandela, où il participera au nettoyage d’une école toute neuve.

L’autre thème de cette année est la sécurité alimentaire, dans un pays où le quart des habitants ont faim. "Nous encourageons les Sud-Africains à répondre à l’appel pour lutter contre la faim, non seulement en plantant des légumes sur leurs trottoirs, mais aussi en donnant de la nourriture qu’ils ont en trop", a relevé la patronne du groupe de presse Primedia et fondatrice de la campagne civique Lead SA, Terry Volkwyn.

(Avec AFP)