Politique

Libye : 47 morts en une semaine de combats à l’aéroport de Tripoli

Le 16 juillet 2014, un avion brûlé sur le tarmac de l'aéroport de Tripoli. © AFP

En une semaine, plus de 47 personnes ont été tuées dans les affrontements entre milices rivales autour de l'aéroport de Tripoli, la capitale libyenne. Le pays se retrouve au bord d'une nouvelle guerre civile alors que la population attend toujours la publication des résultats des législatives du 25 juin.

Depuis le 13 juillet, les bruits des avions ont laissé place aux crépitements des armes automatiques à l’aéroport de Tripoli. "Des combats qui y opposent les milices locales libyennes ont fait jusqu’à samedi soir [19 juillet] au moins 47 morts et 120 blessés", a indiqué dans la nuit de 20 au 21 juillet un porte-parole du ministère de la Santé.

>> Lire aussi : cinq jours d’affrontement à Tripoli, l’aéroport endommagé

L’Union européenne (UE) a fait part dimanche de sa préoccupation après de nouveaux affrontements dans lesquels cinq civils ont péri. "Les victimes sont des habitants du quartier de Qasr Ben Ghachir, à proximité de l’aéroport, tués dans la chute des roquettes sur leurs maisons, a précisé Mohamed Abderrahman, un responsable local. "L’aéroport a été attaqué ce matin aux obus de mortier, aux roquettes et aux canons de char, a confirmé, Al-Jilani Al-Dahech, un responsable de la sécurité de l’aéroport, soulignant que "c’est l’attaque la plus violente attaque" depuis le début de l’offensive.

Deux avions brûlés

Deux avions ont été ravagés par les flammes après avoir été touchés par des roquettes. Les deux compagnies nationales ont ainsi déploré la perte d’un Airbus A330 et d’un Bombardier CRJ900.

Les combats se sont étendus à d’autres sites occupés par les Zentanis sur la route de l’aéroport où des explosions étaient entendues depuis le centre-ville. En début de soirée, les combats ont cessé autour de l’aéroport, les ex-rebelles Zentanis ayant repoussé les attaques contre leurs positions, selon des sources locales.

Des affrontements continuaient toutefois à opposer les deux camps, notamment, dans la banlieue ouest de la ville, selon des témoins. Des combats qui s’inscrivent dans le cadre d’une lutte d’influence politique entre libéraux et islamistes, mais aussi régionale entre les villes rivales de Zenten et de Misrata.

>> Lire aussi : les voisins s’invitent dans la crise, au grand dam des Occidentaux

"Conflit prolongé"

Les combats de cette semaine ont suscité l’inquiétude de la communauté internationale et poussé l’ONU à évacuer sa mission en Libye. Dimanche encore, la délégation de l’UE en Libye a souligné sa préoccupation face à un "conflit prolongé", exhortant toutes les parties à la "retenue" et au dialogue.

"L’UE rappelle que les attaques contre les aéroports civils constituent une violation du droit international", a-t-elle encore souligné dans un communiqué.

Ces combats ont ravivé les craintes d’un conflit plus large alors que le pays attend toujours la proclamation des résultats des législatives du 25 juin. Annoncés pour ce dimanche, ils doivent être finalement communiqués lundi, selon la Haute commission électorale.

(Avec AFP)

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte