Politique

Gaza : jour de colère en Cisjordanie, 5 Palestiniens tués

Un enfant palestinien tué le 24 juillet 2014 par un tir israélien àbeit Hanoun. © AFP

Le dernier vendredi de Ramadan a été marqué par la mort de cinq Palestiniens en Cisjordanie, près d'Hébron (Sud) et à Naplouse (Nord).

Mis à jour à 18 heures 20

Alors que les principales organisations palestiniennes avaient appelé vendredi 25 juillet, dernier vendredi du mois de ramadan, à un jour de colère en Cisjordanie, cinq Palestiniens ont été tués vendredi près d’Hébron (sud) et à Naplouse (nord). Selon des sources sécuritaires palestiniennes, quatre l’ont été par des tirs de l’armée israélienne, l’un par des colons.

Une des sources sécuritaires palestiniennes affirme que la fusillade de Naplouse est survenue lors d’une manifestation après la prière hebdomadaire, quand des fidèles musulmans ont jeté des pierres sur des colons qui circulaient en voiture. Ceux-ci ont alors répliqué en ouvrant le feu, tuant un homme de 18 ans, selon la source. L’armée israélienne est alors arrivée et a ouvert le feu sur les manifestants palestiniens, tuant un autre homme de 22 ans, et en en blessant trois autres par balles.

Selon la radio de l’armée israélienne, c’est une femme du groupe de colons qui a tiré. Une porte-parole israélienne s’est bornée à confirmer que des colons avaient été impliqués dans des violences.

Dans un autre incident, deux Palestiniens de 30 et 46 ans ont également été tués par des tirs de soldats israéliens dans le village de Beit Ommar, près d’Hébron, selon des sources médicales palestiniennes.

>> Lire aussi : 15 Palestiniens tués dans le bombardement d’une école de l’ONU par Israël

Huit Palestiniens ont été tués ces derniers jours en Cisjordanie où des manifestations contre l’opération militaire israélienne à Gaza donnent lieu à des heurts de plus en plus violents avec les forces de sécurité israéliennes.

Ces incidents en Cisjordanie interviennent alors que les appels pour obtenir une trêve dans la bande de Gaza se poursuivent. "Je dis aux parties, aux Israéliens comme au Hamas et aux Palestiniens, qu’il est moralement condamnable de tuer son propre peuple. Maintenant il est temps de s’asseoir autour d’une table au lieu de se tuer", a déclaré jeudi soir le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon.

Au même moment, le cabinet de sécurité israélien s’est réuni pour étudier une proposition de cessez-le-feu transmise par le secrétaire d’Etat américain John Kerry, qui devait s’exprimer vendredi après s’être entretenu avec M. Ban et avec son homologue égyptien Sameh Choukry.

"Ce qui se dessine, serait une trêve humanitaire de sept jours pour permettre à toutes les parties de venir discuter au Caire", a expliqué un proche du président palestinien Mahmoud Abbas.

"En cas de trêve humanitaire, il y aura des négociations sérieuses", a assuré un diplomate occidental. Mais un autre a mis en garde contre tout optimisme prématuré: "Les Israéliens ne veulent pas qu’on leur impose une quelconque condition, le Hamas, échaudé par des expériences précédentes, a le sentiment qu’il lui en faut"

Plus de 820 Palestiniens ont été tués et 5 273 blessés, selon le dernier bilan des secours palestiniens et la nuit a encore apporté son lot de destructions et de morts avec des raids dans tout le territoire.

De son côté, l’armée israélienne a annoncé le décès vendredi d’un 33ème soldat, un réserviste de 36 ans. Il s’agit de ses pertes les plus lourdes depuis sa guerre contre le Hezbollah libanais en 2006. Des roquettes ont également tué deux civils israéliens et un ouvrier agricole thaïlandais.

(Avec AFP)

 

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte