Agroalimentaire

Côte d’Ivoire : deux bateaux chinois arraisonnés pour pêche illégale

| Par Jeune Afrique
L’arraisonnement des embarcations chinoises a été réalisé par le patrouilleur ‘Émergence’, réceptionné par la Côte d’Ivoire en août 2014.

L'arraisonnement des embarcations chinoises a été réalisé par le patrouilleur 'Émergence', réceptionné par la Côte d'Ivoire en août 2014. © David Zamblé/Présidence de la RCI

La marine nationale de Côte d’Ivoire a arraisonné deux bateaux de pêche chinois exerçant illégalement au large des côtes du pays.

Deux bateaux de pêche industrielle chinois ont été arraisonnés par la marine ivoirienne le 26 novembre alors qu’ils exerçaient illégalement leur activité dans les eaux territoriales de ce pays. L’information rapportée par l’AFP, citant des sources militaires, a été depuis confirmée à la presse ivoirienne par les ministres ivoiriens Kobenan Kouassi Adjoumani (Ressources animales et halieutiques) et Paul Koffi Koffi, en charge de la Défense.

Pêche illégale

Les deux chalutiers de 45 mètres, comptant chacune à leur bord cinq marins, ont été escortés jusqu’au port d’Abidjan, puis à la base navale de Locodjro. Les deux embarcations n’avaient pas la « licence » leur permettant d’être actifs en Côte d’Ivoire et pêchaient en outre dans des « eaux interdites », a commenté le contre-amiral Djakaridja, commandant la Marine nationale ivoirienne.

Lire aussi : 

Le Maroc s’apprête à recevoir sa frégate Mohammed VI

Les pirates du golfe de Guinée ont détourné 100 millions de dollars depuis 2010

Les marines africaines s’équipent

Défense : Euronaval 2014, vers la marine africaine du futur

Défense africaine : dernières nouvelles du front

Piraterie : le Golfe de Guinée se dote d’une stratégie régionale

Deux autres bateaux de pêche artisanale, battant pavillon ivoirien, ont également été arraisonnés pour avoir pêché trop près du littoral. La législation ivoirienne prévoit, dans de telles circonstances, des sanctions allant de 100 000 à 50 millions de F CFA, en fonction  de la nature de l’infraction, a indiqué le ministre ivoirien des Ressources animales.

Réarmement

Ce coup de filet, bien que modeste, marque néanmoins la première victoire récente de la marine nationale ivoirienne dans la lutte contre la pêche illégale.

Elle est le résultat du réarmement progressif des forces navales ivoiriennes entamé depuis un an. En effet, faute d’un matériel adéquat, les militaires ivoiriens avaient dû laisser partir il y a quelques mois une flotte de chalutiers chinois pêchant illégalement dans leurs eaux sans pouvoir intervenir.

>>>> Trente patrouilleurs pour la Côte d’Ivoire

Une commande de 30 navires

L’arraisonnement réussi le 26 novembre a été réalisé par le patrouilleur « Emergence », a indiqué le ministre Kobenan Kouassi Adjoumani. Livré en août dernier, ce navire de type RPB (rapid Boat Patroler) d’une longueur de 33 mètres est le premier patrouilleur mis en service par la Marine nationale ivoirienne depuis 1982.

Il ne devrait pas rester longtemps la seule embarcation de ce type à la disposition des marins ivoiriens. En effet, la Côte d’Ivoire a commandé debut 2014 une trentaine de navires de surveillance maritime auprès du chantier naval Ufast en France. Ces équipements, dont le coût pourrait atteindre une vingtaine de millions d’euros, sont destinés à la lutte contre la pêche illégale et la piraterie. Leur livraison est attendue pour début 2015.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3102p001_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer