Droits de l’homme

Égypte : arrestation d’au moins six personnes pour avoir brandi un drapeau gay

Un drapeau multicolore, symbole LGBTQ. © nancydowd/CC/Pixabay

Au moins six personnes ont été interpellées lundi, après avoir affiché un symbole de la communauté LGBT lors d’un concert au Caire, ont indiqué des sources sécuritaires et judiciaires.

Les poursuites font suite à un concert vendredi du célèbre groupe libanais Mashrou’ Leila, au cours duquel un drapeau arc-en-ciel – symbole mondial de la communauté LGBT – a été brandi dans la foule. Les personnes mises en cause devront répondre aux chefs d’accusation suivants : « Indécence publique, incitation des jeunes à l’immoralité ».

Preuve s’il en est que la justice égyptienne ne badine pas avec l’homosexualité, l’affaire a été confiée au parquet national pour la sécurité d’État. La législation pénale du pays n’interdit pas l’homosexualité, mais les hommes gays sont parfois arrêtés pour « incitation à la débauche » ou encore « mépris de la religion ». Certains sont également piégés par la police, qui détourne la célèbre application de rencontres gays Grindr pour les traquer.

L’affaire du « Queen Boat »

Ces dernières années, plusieurs affaires ont défrayé la chronique, à l’image du « Queen Boat » en 2011, lorsque 52 personnes avaient été arrêtées par la police dans un club gay. Plus récemment, en avril 2016, 11 hommes avaient été condamnés à des peines allant jusqu’à 12 ans d’emprisonnement pour « incitation à la débauche », suscitant l’indignation des chancelleries occidentales.

Sur les médias et les réseaux sociaux, l’affaire du drapeau arc-en-ciel a provoqué une vive polémique, opposant conservateurs et défenseurs des libertés individuelles. Conséquence de l’affaire : le très conservateur syndicat des musiciens égyptien a annoncé l’interdiction pour le groupe Mashrou’ Leila de se produire de nouveau en Égypte.

Une double interdiction en Égypte et en Jordanie

En juin, la Jordanie avait également interdit à Mashrou’ Leila de donner un concert qui était prévu dans la capitale Amman, à la suite de protestations de parlementaires conservateurs.

Hamed Sino, leader du groupe libanais et ouvertement gay, est connu pour son engagement en faveur de la communauté LGBT.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte