Politique

Quand les chefs d’État africains prennent leurs quartiers à Washington

Mis à jour le 5 août 2014 à 09:42

Près de cinquante chefs d’État et de gouvernement africains sont présents jusqu’à mercredi à Washington pour le sommet États-Unis-Afrique. En attendant de croiser Barack Obama, mardi, tous se sont installés dans les grands hôtels du centre de la capitale américaine.

Certains, comme le Congolais Denis Sassou Nguesso ou le Camerounais Paul Biya, sont là depuis quelques jours. D’autres, comme le président sénégalais Macky Sall ou son homologue malien Ibrahim Boubacar Keïta, ont atterri dimanche, veille de l’ouverture de ce premier sommet États-Unis-Afrique. En tout, ils sont près de cinquante chefs d’États ou de gouvernement du continent à avoir été conviés à Washington pour cet évènement inédit, destiné à renforcer la coopération économique et sécuritaire entre l’Afrique et les États-Unis.

>> Lire aussi notre interview de Macky Sall : "Barack Obama essaie de se rapprocher de ses racines africaines"

Tous sont descendus, accompagnés de délégations allant jusqu’à plusieurs dizaines de personnes, dans différents palaces et grands hôtels du centre de la capitale américaine. Ainsi, le Four Seasons Hotel accueille à lui seul Macky Sall, Denis Sassou Nguesso, Paul Biya, le Premier ministre ivoirien Daniel Kablan Duncan, ainsi que le président togolais Faure Gnassingbé et le chef du gouvernement égyptien Ibrahim Roshdy Mahlab. Parmi les autres dirigeants francophones, Ibrahim Boubacar Keïta a posé ses valises au Westin Georgetown et le Burkinabè Blaise Compaoré au Mandarin Oriental, où il croisera probablement son homologue nigérian Goodluck Jonathan.

"À l’américaine"

Lundi après-midi, plusieurs chefs d’État africains ont assisté à la réception organisée au Capitole par les commissions des Affaires étrangères du Sénat et de la Chambre des représentants. Étaient notamment présents le Guinéen Alpha Condé et le Tchadien Idriss Déby Itno, ainsi que Blaise Compaoré, Denis Sassou Nguesso, ou encore Paul Biya. Responsables américains et africains se sont retrouvés autour d’un buffet de petits fours, un verre (alcoolisé ou non) à la main, pour faire connaissance ou affiner leurs relations. "L’ambiance était conviviale, à l’américaine, témoigne le collaborateur d’un président présent à la réception. Il faut juste savoir rire fort et applaudir au moment opportun !"

La première rencontre entre les dirigeants africains et Barack Obama aura lieu mardi, lors du "US-Africa business forum". Cette session entre décideurs politiques du continent et patrons de grands groupes privés américains, comme General Electric ou IBM, aura pour objectif de renforcer les liens économiques et commerciaux entre les États-Unis et l’Afrique. Les chefs d’États ou de gouvernement seront ensuite attendus à la Maison Blanche pour un diner officiel offert par le couple Obama. Le lendemain, dernier jour du sommet, ils participeront à trois sessions de travail – "Investir dans l’avenir de l’Afrique", "Paix et stabilité régionale" et "Gouvernance pour les générations futures" – avec le président américain. Le sommet prendra fin mercredi soir avec une conférence de presse de Barack Obama.

___

Benjamin Roger, envoyé spécial à Washington