Dossier

Cet article est issu du dossier «Tunisie : l'heure des choix pour Youssef Chahed»

Voir tout le sommaire
Entreprises & marchés

L’industrie et le commerce tunisiens en pleine léthargie

Lancé depuis 2009 en Tunisie, le projet Aérolia, filiale d'AIRBUS EADS, est spécialisé dans la fabrication de structures aéronautiques et la sous-traitance. Photo prise le 11 décembre 2012 à El-Mghira.

Lancé depuis 2009 en Tunisie, le projet Aérolia, filiale d'AIRBUS EADS, est spécialisé dans la fabrication de structures aéronautiques et la sous-traitance. Photo prise le 11 décembre 2012 à El-Mghira. © Ons ABID pour Jeune Afrique

L’industrie tunisienne est plongée dans une profonde léthargie. Une manière de résister à la crise que traverse le pays et aux importations de produits équivalents à ceux qu’elle propose.

La mise en œuvre de stratégies sectorielles est inévitable si l’on veut permettre au tissu industriel de jouer un rôle moteur dans l’économie. Pour ce faire, il faudrait que le ministère du Commerce revoie son approche, d’autant qu’il est responsable de l’abyssal déficit de la balance commerciale extérieure (entre 7 et 8 milliards de dinars – entre 2,4 et 2,8 milliards d’euros).

Les échanges avec la Chine et la Turquie, qui portent sur des produits qui ne sont pas de première nécessité, contribuent à ce déséquilibre, ainsi que les faibles exportations de la Tunisie vers ces pays. Miser sur le commerce électronique est une option que soutient également le gouvernement, tandis que le ministère de l’Agriculture appuie la création d’une filière de transformation agroalimentaire.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte