Société

Éléphants : le cas Drogba divise les Ivoiriens

À peine installé dans la fonction de sélectionneur national des Éléphants, le Français Hervé Renard doit gérer le cas de la star Didier Drogba, âgé de 36 ans. Selon nos informations, il ne souhaite pas appeler le joueur pour la CAN 2015.

Mis à jour le 7 août 2014 à 20:04

Le cas Drogba divise les Ivoiriens. © AFP

"Je n’ai pas encore eu Drogba au téléphone mais je le ferai très prochainement pour connaître sa position. Je sais que plusieurs joueurs ont des désirs et je me ferai fort de les écouter pour connaître la direction à suivre", déclarait Hervé Rénard lors de sa première conférence de presse, le 4 août à Abidjan.

Mais dès le lendemain, au cours d’une audience au cabinet d’Alain Lobognon, le ministre de la Jeunesse, des Sports et des Loisirs, l’entraîneur français a confié que Drogba n’entrait a priori pas dans ses plans. Résistera-t-il cependant à la pression des supporteurs et du monde politique ?

"L’entraîneur a carte blanche pour sélectionner qui il voudra. C’est lui le patron de la sélection. Ses choix seront respectés", assure à Jeune Afrique une source proche du dossier. Mais l’âge de Drogba demeure un handicap pour son maintien en équipe nationale. Et ce n’est pas le seul. Didier Drogba est également victime de la jalousie de ses autres coéquipiers issus de l’académie Mimosifcom, tels Yaya Touré (Manchester City) ou Didier Zokora, sans club actuellement. "Certains joueurs estiment que Drogba leur a volé leur destin en équipe nationale à cause de sa célébrité. Et ceux ci influencent les choix du coach" explique un ancien dirigeant de la FIF.

> > Lire aussi : Football : les joueurs africains mentent-ils sur leur âge réel ?

"Influence négative"

En outre, "Drogba fait peser une pression incroyable sur l’équipe. Au dernier Mondial, il a influencé négativement le groupe lorsque Lamouchi l’a mis sur le banc alors qu’il ne peut plus jouer 90 minutes", confie un joueur habitué de la sélection. D’autant que le cas Drogba n’est pas que sportif.
   
Des membres très influents du gouvernement n’hésitent pas non plus à mettre la pression sur la FIF pour maintenir l’actuel sociétaire de Chelsea dans la team Orange Blanc et Vert. La raison ? Le rôle primordial de réconciliation que Didier Drogba a endossé au cours des années de braises de la crise ivoirienne (2002-2010) et après.

"Drogba n’est pas fini. Il ambitionne de remporter une CAN pour son pays. Si Chelsea lui fait confiance, pourquoi pas l’équipe nationale", ajoute un proche du joueur. Il est vrai que le roi des Lions Indomptables, Roger Milla, a joué en équipe nationale jusqu’à… 42 ans.

> > Lire aussi : CAN 2015 : les groupes et le calendrier des éliminatoires

____

Baudelaire Mieu, à Abidjan