Dossier

Cet article est issu du dossier «Tunisie : l'heure des choix pour Youssef Chahed»

Voir tout le sommaire
Justice

Tunisie : les mesures sur lesquelles planche le ministère de la Justice

Ghazi Jeribi, ministre de la justice.

Ghazi Jeribi, ministre de la justice. © Ons Abid pour ja

L’encombrement de l’instruction et le rôle limité du parquet ont créé une chaîne pénale trop longue, qui rend les citoyens suspicieux à l’égard de la justice.

Attribuer plus de moyens au parquet, réduire les maillons de la chaîne, limiter le rôle des intermédiaires, outiller les magistrats et partager la jurisprudence de la Cour de cassation sont autant de mesures sur lesquelles planche actuellement le ministère de la Justice, qui a inscrit l’éthique du métier de magistrat dans un code de déontologie.

Le recrutement de magistrats pour le Tribunal administratif et la Cour des comptes, et de personnel pour renforcer les pôles de la lutte contre le terrorisme et contre la corruption est en cours. Une révision de la carte judiciaire est également nécessaire dans le cadre de la décentralisation.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte