Économie

Burkina : l’agence Standard & Poor’s abaisse la note du pays en raison des tensions politiques

L'agence de notation financière Standard & Poor's a abaissé vendredi à "B-" la note du Burkina Faso en raison des tensions politiques dans le pays.

Standard and Poor’s (S&P) a a abaissé vendredi 5 décembre à « B- » la note du Burkina Faso. L’agence a révisé à la baisse ses prévisions de croissance estimant que le Produit intérieur brut (PIB) burkinabé ne progressera plus que de 5% cette année et de 4,5% l’année prochaine du fait d’une baisse des investissements publics et privés ainsi que des exportations. Jeudi, le ministère des finances du Burkina Faso avait lui-même annoncé une prévision de croissance de 5,1% au lieu des 6,8% prévus pour 2014.

Le Burkina Faso a été le théâtre de manifestations massives qui ont chassé le président Blaise Compaoré au pouvoir depuis 27 ans. L’agence de notation SP estime que le Burkina risque de faire face à une réduction des flux de ressources émanant de ses donateurs. « Nous estimons aussi que le gouvernement de transition aura la tâche difficile de répondre aux pressions sociales qui vont sans doute affecter l’équilibre budgétaire (…) à l’approche des élections », écrit SP.

Incertitudes minières

Plusieurs grands projets d’exploration minière ont été suspendus du fait de la situation politique. Le déficit budgétaire va atteindre 4% du PIB en 2014-2015 du fait d’une décrue des recettes fiscales provenant notamment des revenus du coton et de l’or. Le déficit de la balance des comptes courants qui est monté à 11% du PIB en 2013, atteindra une moyenne de 9% du PIB entre 2014 et 2017, affirme l’agence de notation.

La perspective de la note, qui était jusqu’ici négative, a été relevée à stable. « Notre opinion est qu’il y a peu de risque d’éruption de violences et que le service de la dette continuera d’être honoré au cours de cette année de transition politique », explique SP. Mais l’agence indique que la note pourrait être abaissée si des violences interviennent, si la gestion de la dette est affectée par la transition politique et si les fonds des donateurs se réduisent davantage que prévu. Mais la note pourrait également être relevée si les flux d’aide sont plus importants qu’anticipés.

 

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte