Architecture

Burkina : Diébédo Francis Kéré, une architecture en terre crue et ventilation naturelle

Diébédo Francis Kéré utilise de la terre crue et une ventilation naturelle.

Diébédo Francis Kéré utilise de la terre crue et une ventilation naturelle. © Noshe

De la terre crue et une ventilation naturelle. En simplifiant à l’extrême, voici la marque de fabrique de Diébédo Francis Kéré. Le Burkinabè installé à Berlin (www.kerearchitecture.com) tient compte des conditions climatiques pour déterminer la forme des bâtiments et choisir les matériaux.

Sa technique : compresser de la terre à l’aide d’une presse pour en faire des briques qui absorberont la chaleur. Le toit en surplomb à la fois protège les murs du soleil et laisse un espace où l’air peut circuler, ce qui régule la température des pièces.

Ces principes, le lauréat du Global Award for Sustainable Architecture (2009) qui enseigne depuis 2010 à Harvard les avait mis en place pour la première fois dans son village natal, Gando, où, avec l’aide des populations locales qu’il a formées, il a réalisé une école primaire, ce qui lui a valu le prix d’architecture Aga-Khan 2004.


École primaire du village de Gando. © Kéré Architecture / Erik Jan Ouwerker

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte