Sécurité

Mali : neuf enfants soldats remis à l’ONU

| Par AFP
Mis à jour le 12 août 2017 à 11h20
Un Casque bleu dans les rues de Kidal, dans le nord du Mali, en juillet 2013.

Un Casque bleu dans les rues de Kidal, dans le nord du Mali, en juillet 2013. © Rebecca Blackwell/AP/SIPA

Neuf enfants soldats ont été remis vendredi aux Casques bleus présents à Kidal, dans le nord du Mali, a annoncé le porte-parole de l’ONU à New York, Stéphane Dujarric.

« Bonne nouvelle de nos collègues de la mission de paix au Mali (…) Neuf enfants soldats ont été remis à la mission de l’ONU à Kidal ce matin », a déclaré le porte-parole lors de son point-presse quotidien.

« La mission organise leur transport pour Gao et leur prise en charge par des responsables de la protection de l’enfance, avant de pouvoir les remettre à leur famille », a-t-il ajouté, sans donner de précision sur l’âge des enfants.

Neuf enfants « âgés de 15 à 17 ans »

Ces enfants soldats « sont âgés de 15 à 17 ans » et « certains d’entre eux présentent des signes de traumatisme », a affirmé vendredi à l’AFP une source à la Mission de l’Onu au Mali (Minusma) dans le nord du Mali.

L’Association malienne de défense de droits de l’homme (AMDH) a réclamé « une enquête approfondie » pour « identifier les groupes armés qui utilisent des enfants soldats » et ensuite à des « poursuites » contre les fautifs.

Jeudi, l’ONU avait indiqué que des enfants soldats étaient présents dans les rangs de groupes armés s’affrontant dans le nord du Mali, et que « des mineurs étaient actuellement détenus par l’ex-rébellion à dominante touareg CMA dans son fief de Kidal ».

Reprise des combats 

Malgré un accord de paix signé en mai-juin 2015, les combats ont repris ces dernières semaines entre les groupes armés pro-gouvernementaux, réunis au sein de la « Plateforme », et les groupes de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA).

« Nous avons pu établir que les groupes armés utilisaient des mineurs dans leurs rangs. Ce qui est extrêmement grave », a indiqué dans un communiqué le directeur de la division des droits de l’homme de la Minusma, Guillaume Ngefa. « Sur les 33 personnes actuellement détenues par la CMA à Kidal, huit sont des enfants », avait-il ajouté.

Le nord du Mali est tombé en mars-avril 2012 sous la coupe de groupes jihadistes liés à Al-Qaïda. Ces groupes ont en grande partie été chassés en 2013 à la suite du lancement, à l’initiative de la France, d’une intervention militaire internationale qui se poursuit encore actuellement.

Mais des zones entières du pays échappent encore au contrôle des forces maliennes et étrangères.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3092_600x855 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte