Politique

Classement : quels présidents africains ont les meilleurs sites internet ?

Le site de la présidence togolaise. © AFP

Rendre son site attrayant fait-il partie de la stratégie de communication des présidences africaines ? Pas vraiment, au regard de l'ensemble des plateformes officielles que nous avons passées au crible. Qui remporte la palme de l'ergonomie ? Et celle de la désuétude ? Classement.

Tapez "el Mouradia" sur votre moteur de recherche puis cliquez. Que voyez-vous ? Une charte graphique démodée, une arborescence limitée, des couleurs ternes et aucune mise à jour de l’actualité d’Abdelaziz Bouteflika ? La promesse du chef de l’État était pourtant alléchante lors de la mise en ligne : le site devait "ancrer pleinement l’Algérie dans l’ère des nouvelles technologies", tel qu’il est écrit sur la page "message du Président". Visiblement, c’est raté.

Le site "El Mouradia" ne s’adapte pas à la page de navigation. Capture d’écran du site de la présidence algérienne.

Si la quasi-totalité des services de communication des présidences africaines ont mis au point un site officiel qui leur permet de présenter l’organigramme des institutions, la biographie et l’agenda du chef de l’État, elles ne jouent toutefois pas dans la même catégorie en matière de communication.

En parcourant les sites internet des présidences, Jeune Afrique a eu l’idée de dresser le classement des plateformes selon dix critères. Des critères objectifs comme le multilinguisme, le lien avec les réseaux sociaux, l’existence d’une application mobile, et d’autres plus subjectifs tels que l’esthétisme et la facilité de navigation. D’un pays à l’autre, l’écart est parfois saisissant. Jeune Afrique distribue les bons et les mauvais points.

  Pays

Moyenne

1 /img/commun/menu/d_Togo.png Togo 8,58

2 (ex aequo)

/img/commun/menu/d_Senegal.png Sénégal 7,17
2 (ex aequo) /img/commun/menu/d_Afs.png Afrique du sud 7,17
2 (ex aequo) /img/commun/menu/d_Kenya.png Kenya 7,17
5 (ex aequo)  /img/commun/menu/d_Gabon.png Gabon 7
5 (ex aequo) /img/commun/menu/d_Ouganda.png Ouganda 7
7 /img/commun/menu/d_Civ.png Côte d’Ivoire 6,83
8  /img/commun/menu/d_Cameroun.png Cameroun 6,42
9 Tunisie 6,25
10 /img/commun/menu/d_Ghana.png Ghana 6,08
11 /img/commun/menu/d_Seychelles.png Seychelles 6
12 /img/commun/menu/d_Liberia.png Libéria 5.83
13 (ex aequo) /img/commun/menu/d_Mali.png  Mali 5,50
13 (ex aequo) /img/commun/menu/d_Libye.png Libye 5,50
15  /img/commun/menu/d_GuineeEquato.png Guinée équatoriale 5.42
16 /img/commun/menu/d_Burundi.png Burundi 5,33
17 /img/commun/menu/d_Rwanda.png Rwanda 4,92
18 /img/commun/menu/d_Mozambique.png  Mozambique 4,58
19 /img/commun/menu/d_Niger.png Niger 4,50
20 (ex aequo) /img/commun/menu/d_Tchad.png Tchad 4,42
20 (ex aequo) /img/commun/menu/d_Burkina.png Burkina Faso 4,42
20 (ex aequo) /img/commun/menu/d_Nigeria.png Nigéria 4,42
20 (ex aequo) /img/commun/menu/d_SierraLeone.png Sierra Leone 4,42
24 /img/commun/menu/d_Guinee.png Guinée 4,33
24 (ex aequo) /img/commun/menu/d_SoudanSud.png Soudan du sud 4,33
26  /img/commun/menu/d_CapVert.png Cap-Vert 4,25
27  /img/commun/menu/d_Botswana.png  Botswana 4,08
28 /img/commun/menu/d_Comores.png Comores 3,58
29 /img/commun/menu/d_Namibie.png  Namibie 3,50
30 /img/commun/menu/d_RDCongo.png RDC 3,42
30 (ex aequo) /img/commun/menu/d_Benin.png Bénin 3,42
32 /img/commun/menu/d_Somalie.png  Somalie 3,08
 32 (ex aequo) /img/commun/menu/d_Madagascar.png Madagascar 3,08
34 /img/commun/menu/d_Gambie.png Gambie 3
35 /img/commun/menu/d_CongoBrazza.png Congo-Brazzaville 2,83
36 /img/commun/menu/d_Algerie.png Algérie 2,75
37 /img/commun/menu/d_Zimbabwe.png Zimbabwe 2,58
37 (ex aequo) /img/commun/menu/d_Tanzanie.png Tanzanie 2,58
39 /img/commun/menu/d_GuineeBissau.png Guinée-Bissau
2,33
40 /img/commun/menu/d_Djibouti.png Djibouti 2,25

  • Mention honorable pour l’Afrique de l’ouest

L’Afrique de l’ouest, qui tient le haut de notre classement, semble avoir pris la mesure de l’intérêt de rendre le site d’une présidence attrayant pour l’internaute. La plateforme "RepublicOfTogo", qui se veut singuli[ère], audacieu[se] dans ses choix, au ton différent", caracole en première place grâce à son esthétisme, son ergonomie et la facilité de navigation.

Capture d’écran du site de la présidence togolaise.

Au Sénégal, en deuxième position, la priorité est à l’intuitivité et au dynamisme. "L’internaute ne doit pas chercher l’information, elle doit venir à lui", résume Abdoul Aziz Mbaye, le conseiller spécial du président sénégalais en charge des technologies de l’information et de la communication (TIC). En 2012, lors de l’élection de Macky Sall, les services du président ont entrepris un véritable chantier pour la construction d’une nouvelle plateforme, mobilisant ingénieurs, développeurs et communicants locaux "qui ont travaillé en étroite collaboration, dans le périmètre de la présidence", selon Mbaye.

Capture d’écran du site de la présidence sénégalaise.

Du côté des anglophones kényans et sud-africains, à la deuxième place ex-aequo, le pari de l’attractivité est également remporté même si les développeurs pêchent encore sur l’application mobile et la traduction des contenus.

  • Mention passable avec encouragements

La dernière moitié de notre classement peine encore à valoriser le site de la présidence comme véritable support de communication et de médiation entre le chef de l’État et les citoyens. Il faut toutefois saluer les efforts de certains, à l’image de la RDC, qui sont sur la bonne voie. Si l’arborescence du site congolais n’est qu’indicative, avec des liens morts qui ne renvoient sur aucune page web, son design graphique est prometteur. "Beaucoup d’institutions ont développé leur propre site, se contente de justifier Jean-Marie Kassamba, conseiller spécial de la présidence congolaise en charge des stratégies de communication. L’internaute peut aisément chercher l’information en profondeur sur les autres sites web s’il le souhaite."

Capture d’écran du site de la présidence congolaise.

Le site de la présidence de la République de Guinée se distingue quant à lui par une utilisation judicieuse des réseaux sociaux, des classiques Facebook et Twitter à la chaîne Youtube.

  • Avertissement ?

Certains sites, jamais actualisés et peu fonctionnels, n’entrent pas dans une stratégie de communication et de fidélisation de l’internaute, au contraire. À l’image de la plateforme algérienne, la présidence somalienne a mis en ligne un fouillis virtuel où l’information se noie sous une masse de photographies – dont celle du président Hassan Sheik Mohamoud avec Barack Obama – dont la plupart ne s’affichent pas. Le site de la présidence zimbabwéenne se contente d’une simple bannière – un montage des armoiries et de Robert Mugabe – pour illustrer la plateforme, qui ne contient aucune information actualisée sur la magistrature suprême.

Capture d’écran du site de la présidence somalienne.

Pourtant, la plateforme du chef de l’État refléte l’image du pays aux yeux du monde, explique le conseiller de Macky Sall, Abdoul Aziz Mbaye. "L’internaute doit pouvoir vivre l’information au jour le jour sur le site de la présidence qui est l’un des supports de communication les plus visibles", assure-t-il. Bon nombre de gouvernants n’en ont visiblement pas encore conscience.

___

Emeline Wuilbercq avec Mathieu Olivier

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte