Conso & Distribution

Le marocain Best Financière entre au capital de l’ivoirien CDCI

| Par Jeune Afrique
Positionné sur l'entrée de gamme, CDCI a réalisé en 2013 environ 200 millions d'euros de revenus.

Positionné sur l'entrée de gamme, CDCI a réalisé en 2013 environ 200 millions d'euros de revenus. © DR

Co-leader de la grande distribution en Côte d’Ivoire avec 127 magasins, CDCI accueille à son tour de table son alter-ego marocain Best Financière ainsi que le capital-investisseur Amethis. De quoi doper sa croissance en Afrique de l’Ouest, alors que le français Carrefour arrive dans la région.

C’est une étape supplémentaire dans la bataille qui s’annonce dans le secteur de la grande distribution en Côte d’Ivoire. CDCI, co-leader historique du secteur avec Prosuma, accueille à son tour de table le capital-investisseur Amethis et le géant marocain de la grande distribution Best Financière, actif à la fois dans l’alimentaire (Label’Vie) que dans d’autres secteurs (avec les enseignes Kiabi, GIFI, Virgin et Burger King).

Croissance soutenue

Aucun détail financier n’a été donné sur l’opération, mais les deux nouveaux actionnaires entrent en position minoritaire, la société restant contrôlée par celui qui l’a rachetée en 2002, Yasser Ezzedine. Les fonds levés permettront de doper la croissance de CDCI, déjà très soutenue puisque la société est passée en douze ans de 12 à 127 magasins. « CDCI a un important plan d’investissement, qui passera notamment par un renforcement de l’informatique et de l’organisation interne et la poursuite du programme d’ouvertures de magasins », explique Laurent Demey, co-fondateur d’Amethis interrogé par Jeune AfriqueIl y a un an, Yasser Ezzedine annonçait vouloir compter 200 magasins « dans cinq ans ». Ce dernier estimait alors que cette stratégie de développement coûterait de 2 à 3 milliards de F CFA par an (de 3 à 4,5 millions d’euros environ), avec, notamment, un déploiement progressif dans la sous-région.

« Ce qui nous a interéssé dans CDCI, c’est son modèle orienté vers la grande consommation populaire, avec un positionnement prix attractif, explique Laurent Demey. CDCI dispose notamment de supérettes King Cash et de supermarchés CDCI Demi-Gros dans lesquels les clients peuvent acheter des produits en grande quantité. Un peu comme Best Financière au Maroc avec l’enseigne Atacadao. »

A environ un an de l’ouverture du premier hypermarché Carrefour en Afrique de l’Ouest, CDCI entend continuer à jouer la carte de la différence : une gamme de prix très accessible et des surfaces de taille modeste sans galerie marchande, situées dans les quartiers populaires.

————-> L’occasion de relire notre article sur CDCI, publié en janvier 2014

Label’Vie

Au-delà des sommes levées, CDCI boucle avec cette opération l’un des objectifs annoncés il y a un an dans Jeune Afrique : s’allier à un grand groupe de distribution d’Afrique du Nord, capable de lui apporter une expertise métier complémentaire. Nul doute que ce sera le cas de Best Financière, groupe privé fondé en 1985 par Zouhair Bennani, Rachid Hadni et Adnane Benchekroun, et qui est devenu un leader de la distribution moderne au Maroc avec une cinquantaine de supermarchés, quatre hypermarchés et une dizaine d’Atacadaos. Le groupe marocain a réalisé environ 271 millions d’euros de revenus au premier semestre.

Au Maroc, Label’Vie est partenaire du français Carrefour, dont il est franchisé et utilise plusieurs marques. Son nouvel associé en Afrique de l’Ouest, CDCI, continuera à utiliser ses propres enseignes.

——————–> Parmi les investisseurs dans CDCI, Amethis West Africa, véhicule d’investissement dédié à l’Afrique francophone

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte