Politique

Centrafrique : cinq morts dans des heurts entre des soldats français et des hommes armés

Des sources hospitalières ont indiqué jeudi que cinq personnes avaient été tuées et une trentaine d’autres blessées dans les heurts du 19 août à Bangui, entre des soldats français de l’Eufor et des hommes armés.

Par
Mis à jour le 21 août 2014 à 17:32

Un soldat de la force européenne dans une rue de Bangui, le 8 mai 2014. © AFP

Le premier bilan des heurts du 19 août à Bangui est tombé. À en croire plusieurs sources hospitalières, au moins cinq personnes, dont un volontaire de la Croix-Rouge centrafricaine, ont été tuées et une trentaine d’autres blessées lors des affrontements entre les soldats français de la force européenne (Eufor).

"On a enregistré cinq corps (…). En plus d’un travailleur humanitaire touché à la tête et qui a succombé à ses blessures, quatre autres personnes sont décédées dans ces évènements et leurs corps ont été déposés à la morgue", a affirmé, le 21 août, Maurice Banda, membre du personnel de l’Hôpital communautaire, principal établissement de la capitale.

>> Lire aussi : 7 600 Casques bleus seront déployés au 15 septembre en Centrafrique

Un bilan encore "provisoire"

Selon plusieurs témoignages recueillis sur place, le volontaire de la Croix-Rouge a été tué "par une balle alors qu’il procédait à l’évacuation de blessés dans le secteur du Km 5" (PK5), dernière enclave musulmane de la capitale, a indiqué mercredi soir le Comité international de la Croix-Rouge (CICR).

"C’est un bilan provisoire, puisque certaines personnes affirment qu’il y a eu des musulmans fauchés par balle dont on ne connait pas l’état", a-t-il précisé. Et d’ajouter : "Près de quarante blessés ont également été évacués vers l’hôpital. Certains sont des cas graves."

(Avec AFP)