Politique

Nigeria : l’armée rejette le « califat islamique » proclamé par Boko Haram

L’armée nigériane a rejeté dimanche le « califat islamique » proclamé par les insurgés islamistes de Boko Haram dans la ville de Gwoza. Depuis avril, le groupe armé sème la terreur au nord-est du Nigeria où il contrôle des zones entières.

Par
Mis à jour le 25 août 2014 à 10:22

Capture d’écran d’une vidéo diffusée par Boko Haram le 13 juillet 2014. © AFP

L’armée nigériane a rejeté, dimanche 24 août, la proclamation d’un califat par le groupe islamiste armé Boko Haram. "Cette proclamation est vide de sens. La souveraineté et l’intégrité territoriale de l’État nigérian sont intactes", a déclaré dans un communiqué le porte-parole des armées, Chris Olukolade.

Dans une vidéo de 52 minutes obtenue dimanche, le chef de Boko Haram, Abubakar Shekau, dit avoir placé sous le règne du "califat islamique" une ville du nord-est du pays, Gwoza, prise par ses combattants. "Ils appellent (ce pays) le Nigeria. Nous sommes dans le califat islamique. Nous n’avons rien à faire avec le Nigeria", déclare-t-il.

"Nous sommes venus pour rester"

Dans la vidéo, Shekau remercie "Allah qui a donné à [ses] frères la victoire à Gwoza". "Nous n’allons pas quitter la ville. Nous sommes venus pour rester", affirme Shekau, qualifié de "terroriste à l’échelle mondiale" par les États-Unis qui ont mis à prix sa tête pour sept millions de dollars.

> > Lire aussi : Nigeria : des soldats exigent d’être mieux équipés avant de combattre Boko Haram

Selon l’agence humanitaire des Nations unies (Ocha), Boko Haram s’est emparé en août de Gwoza, dans l’État de Borno. Depuis avril, le groupe armé s’est emparé de nombreuses localités et contrôle des zones entières du nord-est du pays d’où l’armée a disparu, selon les témoignages d’habitants, de responsables de la sécurité et d’experts.

> > Lire aussi : Nigeria : Boko Haram s’empare d’une troisième ville dans le Nord

(Avec AFP)